AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une aide précieuse (Hiro&Effy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Effy Jordans
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 22
Année/études : 2ieme année en Arts

MessageSujet: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Jeu 4 Fév - 23:17

Juste un verre?

Hiro & Effy

Même pas un mois que l’école à recommencer depuis la fin des vacances et je croule déjà sous les devoirs et travaux. Moi qui pensais que d’étudier en Arts allais être facile. Mais non. Pleins de dessins à faire,  des recherches sur de nombreux artistes, des peintures, une dissertation.  Alors mon samedi soir je le passe dans ma chambre, seule à étudier et terminer ses travaux.  Il y a de la peinture partout dans ma chambre, des dizaines de papiers mis en boule tiré un peu n’ importe où, des manuels par terre, sur le lit et sur le bureau. Je regarde ce bordel et je ne peux m’empêcher de soupir. Mais quel désastre. Je regarde la toile que je suis en train de faire sur le chevalet à ma droite. C’est horrible. On dirait que quelqu’un a simplement vomis dur la toile…

Je lance le pinceau que je tenais dans ma main par terre tout en lançant un petit cri de rage. Je fronce des sourcils et m’assois en indiens par terre. Décidément ce soir je n’y arriverai pas. Je regarde l’heure sur mon portable, 21h. Il est trop tôt pour dormir mais trop tard pour faire quelque chose comme trainer avec quelqu’un. Sauf que là, j’ai vraiment besoin de ventiler, de me changer les idées, j’ai le cerveau en compote.  Je me lève, bien décidée à faire quelque chose d’autre de ma soirée.

Je m’avance vers mon miroir, j’ai peur du reflet qu’il va me donner puisque je suis dans les travaux depuis le début de la journée. Je fais en effet un saut lorsque je m’y vois.  Je porte une vielle salopette de jeans trop grande, déchirée et pleine de peinture. Le chandail en dessous était à l’origine tout noir mais là on dirait plutôt un amas horrible de couleurs.  Mes cheveux sont attachés dans un chignon tout défait avec plusieurs couettes qui pendent par-ci et par-là. J’ai même un bout de cheveux rouge… sacré peinture. Je ne peux m’empêcher de penser qu’on dirait un arc-en-ciel et cela me fait bien rire.

Je ne prends même pas la peine de me changer pour sortir. Je ne fais qu’enfiler des bottes et un manteau. Cela m’étonne de ma part puisque normalement je suis toujours proprement habillée et toujours « classy ». Le besoin de prendre de l’air est urgent. Je me mets en marche vers je ne sais ou, je n’ai besoin que de me changer les idées.  Je passe quelques minutes plus tard devant le Café Campus, un bar assez populaire chez les jeunes et  où il y a de la bonne musique.

Je m’assois seule au bar et je commande quelque chose à boire. Je sais que pour une ancienne alcolo j’abuse vraiment ses jours-ci, mais je n’y peux rien l’école c’est stressant et j’ai besoin de décompresser! Je bois un verre, un deuxième, un troisième, au quatrième le barman me demande si je suis certaine parce qu’il voit que je commence a moins bien aller. En effet, mes pensées deviennent troubles et j’ai du mal à parler.  Je lui dis que tout va bien et que j’en veux encore un autre.  Il me sert donc le verre.

J’ai arrêté de compter après le sixième verre, je n’étais vraiment plus là… J’ai fermé les yeux deux secondes, du moins je crois et lorsque je les ais rouverts, le barman me tapais gentiment le bras.

- Rentre chez toi ma belle, c’est mieux comme cela.

- Nah! J’ai… pas besoin de… de rentrer, dis-je en le repoussant.

Je me lève en faisant tomber le tabouret ce qui cré un vacarme assourdissant dans le bar et tout le monde se retourné vers moi. J’ai reculé en titubant et je me suis dirigée vers la sortie. Je n’arrive pas à marcher.  Je me retiens sur le mur et je ne fais que sentir une main prendre mon bras et m’aider à me tenir droit.



.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Sam 6 Fév - 23:07

Si un jour on m'avait dit que je ferais ne serait-ce qu'un soir de ma vie Sam en soirée, j'aurais ris au nez de cette personne. Pourtant, plus question de rire aujourd'hui, j'étais là, en soirée avec des potes dans un bar bonne ambiance, mais surtout, SURTOUT, grand malheur, septième enfer et tout ce qui va avec, j'étais sobre! Moi, j'étais sobre?! Catégoriquement impossible? Apparemment pas tant que ça, puisque que depuis presque deux heures maintenant, je suis là, à regarder dans le blanc des yeux mon verre d'eau. Dans le sens littéral du terme, genre "l'alcool c'est de l'eau" ne s'appliquait pas dans cette situation. J'aurais bien été dragué quelqu'un mais ma parole, tout le monde était complétement pété dans ce bar! C'était l’apocalypse. La seule demoiselle sobre de ce bar était une jeune femme ma-gni-fique... qui surveillait son pochtron de fiancé. Du coup je discutais avec elle, mais disons plus... innocemment.
Un instant dans notre conversation, je vis son regard se fixer sur l'entrée du bar, l'air choqué. Je tournai la tête et vit apparaître euh... difficilement descriptible... comme je dirais... un arc-en-ciel. Ou Rainbow Dash, dans My little pony. Bref, sans y faire plus attention, nous reprenions notre discussion malgré l'air choqué de ma compagne de sobriété - elle s'appelait Cassandra. C'est vrai qu'en comparaison, Rainbow Dash semblait sortir de sous un pond. Parallèlement, Cassandra remplissait un peu tous les critères physiques de la parfaite petite bourgeoise clichée: petite, brune avec des anglaises de poupée, grands yeux en amandes verts, petit chemisier noir, jupette de pétasse et talons de quinze centimètres. Le contraste entre les deux demoiselles étaient plutôt violent. Mais d'un autre côté, Rainbow Dash ne semblait pas laide non plus, juste très mal habillée et couverte de peinture.
Et elle avait aussi l'air décidée à être seule, puisqu'elle s'assit au bar et commanda sans plus attendre à boire. Sans doute était-elle dans un jour de merde, et que "boire pour oublier" s'appliquait à elle. Je n'allais donc pas aller l'emmerder. Si elle voulait de la compagnie, elle viendrait, que je me disais. Cependant, au rythme où elle descendait les verres qu'elle commandait, elle aurait de la chance de ne pas finir à l'hosto, alors je décidai donc de garder un œil sur elle, mes amis bourrés pouvant se surveiller entre eux. Même le barman semblait inquiet pour elle. Elle finit par s'endormir, telle une loque, après un nombre important de verres, mais le barman la réveilla aussitôt. Tu m'étonnes, les comas éthyliques, ce n'était pas ce qu'il y avait de plus sympa.

- Rentre chez toi ma belle, c’est mieux comme cela.


Sage conseil vieil homme, mais pensais-tu vraiment qu'une fille bourrée à ce point allait t'écouter?

- Nah! J’ai… pas besoin de… de rentrer


Le bruit qu'elle fit en faisant tomber le tabouret calma même mes potes, l'espace d'un instant. Voyant qu'elle n'arrivait pas à bouger seule, je décidai de l'aider malgré mes enfants à surveiller. J'écris au marqueur mon numéro sur l'avant bras de mes potes, pour qu'ils m'appellent quand ils voudraient rentrer, et qu'ils ne se tuent pas en essayant de conduire. Normalement ils l'avaient déjà, mais ne sait-on jamais. Puis j'allai aider Rainbow Dash. Je l'empêchai de tomber une nouvelle fois en la tenant par le bras, avant de la prendre plus facilement dans mes bras comme une princesse, et calai sa tête dans le creux de mon épaule. Au moins, si elle vomissait, certes elle me vomirait dessus, mais elle ne s'étoufferait pas. Pas très classe, mais réaliste. Je m'assurai auprès du barman que toutes les consommations de la demoiselle avaient été payées, puis quittai le bar avec la miss dans les bras.
Le problème étant, je ne savais absolument pas où l'amener... J'espérai sans trop d'espoir qu'elle saurait me dire où elle habitait. Cas échéant, elle finirait à dormir en PLS dans mon lit. J'ouvris la voiture et l'assis côté passager avant de l'attacher et  me monter à mon tour, puis lui mis une énorme gifle dans sa gueule. Je sais, on frappe pas les femmes, encore moins ivres, mais si ça pouvait nous éviter un coma éthylique, je le faisais sans état d'âme.

"Bon Rainbow Dash, tu sais où t'habite où bien..?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Jordans
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 22
Année/études : 2ieme année en Arts

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Dim 7 Fév - 20:32

People are so nice

Hiro & Effy

M a tête tourne terriblement. Je sens que quelqu’un m’aide à marcher, mais je n’ai aucune idée de qui il est. Je sens mes pieds se soulever de terre, j’ai l’impression de voler! Puis  je me retrouve dans les bras d’un beau jeune homme aux cheveux blancs. Je me sens comme une princesse à bord de son carrosse. Je me sens bien dans ses bras, je ne peux m’empêcher des respirer son parfum, je souris, il sent bon.

Je l’entends vaguement demander au barman si j’ai tout payé. Évidemment que j’ai tout payé, je ne suis pas une voleuse! Même complètement bourrée, je sais comment me tenir… bon tout est relatif. Nous sortons du bar, moi à moitié endormie dans les bras du jeune homme. Il se dirige vers sa voiture, ouvre la portière et m’y installe. Ah, mais ce qu’il est gentil ce garçon.
J’avais rarement vu des gens faire de telles choses pour moi. J’étais saoule morte et lui il était assez sympathique pour s’occuper d’une inconnue. J’essaye de le remercier, mais il n’y a qu’un charabia qui sort de ma bouche. Il s’assoit à son tour dans la voiture et je le regarde faire tout en l’admirant. Il était plutôt mignon. Je n’étais vraiment pas mal tombée. Gentil, mignon, adorable, sympathique, généreux…

Et PAF ma tête prend un bon coup. Il vient de m’assener une énorme gifle. Et dans la gueule tous les beaux compliments que j’avais sur lui. Il était probablement comme tous les autres gars. Il ne voulait que profiter de moi trop défoncée pour rouspéter lorsqu’il me demandera de coucher avec lui. Je porte immédiatement ma main à ma joue. Je la masse tranquillement en pensant dans quel merdier je m’étais encore mise.

- Bon, Rainbow Dash, tu sais où tu habites ou bien...?


Je rigole. Rainbow Dash, c’est bien la première fois que je l’entends celle-là. J’ai déjà oublié la gifle de tout à l’heure. J’ai bien d’autres choses auxquelles penser… Comme ou est-ce que j’habite. Je ne me souviens plus de mon adresse. Enfin, celle du moment. Je me souviens simplement que j’ai longtemps habité à Boston avec ma mère.

- Hum, j’habite à Boston, je crois… nah, enfin… je ne suis pas certaine…


Je ris encore une fois. Je n’avais pas été saoule depuis bien longtemps et je dois dire que j’aime bien la sensation. Tout est juste parfait, il n’y a aucun souci qui passe dans ma tête, il n’y a rien de bien important non plus. Il me vient alors une vilaine envie de draguer le jeune homme qui est assis à mes côtés. Je me penche vers lui m’assurant de mettre ma poitrine en valeur et je lui fais un gros sourire. Je sais que j’ai l’aire d’un arc-en-ciel vêtue de cette façon, mais peu importe, j’ai toujours un joli visage qui donne envie à tous les hommes, alors pourquoi ne pas m’essayer!

- Alors, beau gosse, dis-je d’une voix rieuse, si moi je suis Rainbow Dash… qui es-tu?


.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Sam 13 Fév - 22:46

" Hum, j’habite à Boston, je crois… nah, enfin… je ne suis pas certaine…"

Boston... J'étais dubitatif. Donc, elle ne savait pas où elle habitait. Parce que Boston, c'était à 4h46, route la plus rapide et trafic normal, selon google map. Et peut-être était-ce mon soir de bonté, mais je ne me tapai pas cinq heures de route avec une bourrée dans ma voiture pour ramener une inconnue à bon port. Dix heures aller-retour, on allait se calmer dessuite et habiter autre-part.

"Sans voir te vexer, Rainbow Dash, mais Boston ça m'étonnerait que t'y habites, où alors t'as déménagé y'a peu."

Cette soirée s'annonçait compliquée. D'autant plus que la petite, elle avait l'air d'un peu trop bonne humeur. J'aurais préféré autre chose, genre qu'elle fasse la gueule, ou qu'elle chiale à la rigueur, mais là, ça risquait de me perturber plus qu'autre chose. Dans l'absolu, me faire ouvertement draguer par cette demoiselle ne m'aurait pas dérangé du coup, mais en mon âme et conscience, là ça me gênait, puisque premièrement, elle n'était pas moche du tout malgré l'arc-en-ciel, deuxièmement, sa poitrine était magnifique, et troisièmement, -autant reconnaître les faits quand ils sont indubitables- j'étais cruellement en manque de cul bordel! Alors comment vous dire, dans ma tête, c'était la panique. D'un côté, y'avait le Hiro, gentil, blond et avec une auréole sur la tête, qui me disait "Pas toucher Kimura!" et de l'autre, Hiro version bien trempé dans le deuxième cercle de l'Enfer selon Dante, en collaboration avec le patron de Slg ou tout ce que vous voulez, qui lui me soufflait plutôt que bourrée ou pas, cette fille n'était pas du genre qu'on laissait filer entre nos doigts. Vraiment, la nuit allait être longue. Je pris mon visage entre mes mains, tout à ma réflexion immorale.
Ses mots finalement furent ce qui me permit de rester du côté lumineux de la force.

"Alors, beau gosse, si moi je suis Rainbow Dash… qui es-tu?"

Clairement, j'acceptai sans mal de reconnaître que j'étais un odieux connard dans ma vie quotidienne, un chieur horriblement borné, irresponsable au possible, mais là, ça dépassait les limites de ma malhonnêteté. C'était au dessus de mes forces d'être un enfoiré ce soir, à abuser d'une pauvre enfant perdue et bourrée, alors, pour le grand damne de mon complexe hypothalamo-hypophysaire -régulateur d'hormones, entre autre-, j'attrapai le décolleté de son pull de licorne entre mon pouce et mon index et le remontai d'un coup sec.

"Gay, je suis gay."
lui répondis-je d'un ton sans appel comme seule réponse à sa question.

Clairement, si elle pouvait me croire gay, peut-être se calmerait-elle d'elle même. En revanche, toute mon idée de génie tomberait à l'eau s'il lui prenait l'envie de me faire "changer de bord". Ça, elle avait déjà réussit, même si à la base, je n'étais pas gay; nan mais sérieusement, était-ce seulement légale d'être aussi belle, alors qu'elle était sapée comme un sac de patates? Il ne fallait pas qu'elle sorte seule comme ça, à se mettre la mine dans les bars, sinon, elle finirait sa vie assassinée et violée dans un caniveau. Bref, ce n'était pas mon problème dans le fond, même si l'idée que qui que soit puisse achever sa vie ainsi m'attristait. L'humanité avait fini bien bas. Mon affaire, c'était plutôt de la ramener quelque part pour qu'elle décuve. Elle devait bien avoir quelque part où dormir...

"T'es sûre que t'habites pas à Montréal? Une colloc? De la famille peut-être? Ou une chambre étudiante?"


En posant cette dernière question, je me fis la réflexion seul que justement, au vu de son âge, y'avait de fortes chances pour qu'elle le soit, étudiante. Je souris à cette idée en allumant le moteur de ma voiture. Sous une bonne étoile, elle serait en internat à l'UE... ne sait-on jamais.

"Tu ne serais pas à Enamor par hasard? Tu me simplifierais vachement la vie si c'était le cas."

Je vérifiai du coin de l’œil que Rainbow Dash était encore attachée, et quittai le parking du bar.

"Sinon, c'est quoi ton vrai prénom miss? Parce que Rainbow Dash ça va cinq minutes, mais c'est super chiant à dire mine de rien."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Jordans
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 22
Année/études : 2ieme année en Arts

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Lun 15 Fév - 3:24

Je te veux

Hiro & Effy

I l remonta mon pull pour ne pas voir ma poitrine. Mais c’était quoi son problème à ce mec! J’étais belle, j’avais une magnifique poitrine et en plus, j’étais bourrée, quoi de mieux pour profiter de moi. En fait il n’aurait pas profité de moi, parce que je voulais vraiment de lui. J’étais littéralement en maque de sex et surtout lorsque j’étais bourrée. Je ne sais pas pourquoi mais l’alcool me rendais horny!

- Gay, je suis gay.

Quoi! Il était gay! Pas possible. Même saoule je l’avais vu reluquer une fille au bar. Et un gay n’aurait jamais remonté mon pull, il s’en serait complètement foutu. Mais d’un autre côté, c’était possible, sinon, il aurait déjà répondu à mes avances. Et même s’il était gay, il avait surement un copain, mignon comme il était. Un trip à trois ne m’aurait vraiment pas dérangé.

Même s’il tentait de me calmer, je n’avais pas envie. Je n’avais pas été saoule depuis longtemps et je comptais bien m’amuser un peu. Le jeune homme me demanda si j’étais certaine de ne pas habiter Montréal, mais même si j’y pensais fort, je n’arrivais pas à me souvenir où était mon chez-moi. Il me demanda par la suite si je n’étais pas à l’Université Enamor. Pff, moi, à l’Université, jamais de la vie. Je n’étais pas le genre de fille à aller à l’école. Ce que je me souvenais de ma vie, je l’avais passé à faire la fête, boire, me droguer, coucher à gauche et à droite. Nah, je n’allais pas à l’école.

Mais c’est en voyant comment j’étais habillée avec ses vêtements couverts de peinture que mes souvenirs revinrent peu à peu. L’Université, oui, cela me disait quelque chose. J’y allais bel et bien, mais le jeune homme, lui il n’était pas obligé de le savoir. Si je lui disais qu’en effet j’étais en internat à L’UE, jamais je ne finirais chez lui. Je bouclai ma ceinture en ayant un peu de mal à trouver le trou… j’étais vraiment bourrée et cela ne rendais pas les choses faciles. Il mit la voiture en marche et nous sortîmes du parking.

- Sinon, c'est quoi ton vrai prénom miss? Parce que Rainbow Dash ça va cinq minutes, mais c'est super chiant à dire mine de rien.

Je souris, s’il voulait savoir mon vrai prénom c’est qu’il s’intéressait à moi. Même s’il était gay, j’avais déjà réussi à faire virer quelques mecs de bord pour une soirée avec mes talents de dragueuse, je pouvais très bien réussir pour lui.

Je me tournai vers lui tout en gardant ma ceinture. Je m’approchai de lui un sourire en coin sur les lèvres. Je mis ma main sur son genou et je remontai tranquillement vers son bassin. Je montais ma main très lentement juste pour lui donner envie.

- Moi c’est Effy. Et nah je ne crois pas venir de l’Université.

Mon regard était joueur, je savais que celui-ci donnait envie à n’importe qui. Je continuai à sourire tout en remontant ma main.

- Mais tu sais, une bonne douche chaude me ferait surement retrouver la mémoire.

Là c’était un truc infaillible, il fonctionnait tout le temps. Qui ne rêverait pas de me voir prendre une douche chez eux.


.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Lun 22 Fév - 18:01

"Moi c’est Effy. Et nah je ne crois pas venir de l’Université."

Mon dieu, cette soirée était vraiment un échec sur tous les plans. Pas deux minutes que je conduisais, et j'avais déjà envie de la frapper. Mais c'était pas possible d'oublier où on habitait à cause de l'alcool putain!!! Et puis merde, elle pouvait faire un effort! C'était pas compliqué comme question! Bordel les femmes, toutes des connasses de toute façon! Elle allait me rendre sexiste cette petite.
En plus désolé, mais cette Effy était vraiment une chaudasse; par qu'excusez-moi si je me trompe, mais tripoter la cuisse de quelqu'un qui conduit, premièrement c'est mal poli quand tu ne connais pas la personne, mais le pire dans l'histoire, était bien que je conduisais; je ne pouvais même pas la dégager, j'avais les mains sur le volant puisque j'essayai de rester concentrer sur la route, et en plus, même si elle avait juste posé sa main sur ma cuisse, bah ma cuisse bougeait toute seule sous sa main, à changer de pédale, freiner, accélérer, tout ça tout ça. J'étais pas pour résister à ça moi, c'était une très mauvaise idée de me torturer ainsi! On allait finir dans un platane au rythme où allaient les choses...

"Mais tu sais, une bonne douche chaude me ferait surement retrouver la mémoire. "

Et vas-y que je t'en rebalance une couche! Déjà que t'avais du mal à rester dans le bien, rejoins la du côté obscure de la force! Ayant l'esprit très visualiste, c'était d'autant plus déconcertant que sa tenue laissait plus de place à l'imagination plutôt qu'autre chose. Du coup, gros pervers dans l'âme que j'étais, son idée fonctionnait très bien. Enfin... très bien pour elle, qu'on soit d'accord. Pour moi, c'était un champs de bataille dans ma tête. J'avais presque manqué de voir le feu rouge juste devant nous. Je pillai instantanément en insultant le code de la route de tous les noms d'oiseaux que je connaissais, puis profitai du fait d'être arrêté pour dégager sa main. Un coup d’œil dans le rétro intérieur pour m'assurer qu'il n'y aurait personne pour nous klaxonner, puis je dégageai sa main de ma cuisse sans délicatesse.

"PUTAIN CON!!  Mais c'est quelle partie de la phrase que tu comprends pas dans 'on baisera PAS'!!!!!" Voilà un moment je ne m'étais pas excité comme ça sur une fille, mais là, c'était l'engueulade où la banquette arrière de ma voiture. "C'est quoi ton problème à la fin?!! T'as rien d'autre à faire de ta vie que de te faire sauter par des inconnus quand t'es complétement pétée?!! Un jour où tu devras rentrer seule, tu vas te faire poignarder dans le ventre et violer dans une ruelle sombre!! Ou alors tu vas crever du sida à 32 ans!! Peut-importe!! C'est pas mon problème dans le fond!! Juste un jour que je lirai en titre d'un journal de gauche 'Jeune femme violée et assassinée en état d'ivresse'!! Bah je m'en battrai les couilles!! Parce que tu le mérites bordel!!! Putain de merde!!"

Mon énervement l'avait emporté. Je regrettai certes de m'être emporté ainsi, mais là j'avais besoin de prendre l'air. J'allumai les warnings et sortis de la voiture -en emportant les clés, ne savait-on jamais. L'air froid de l'hiver canadien me mit une énorme claque. Tant mieux, vu la situation. Posé sur le trottoir, appuyé contre ma voiture, je m'allumai une clope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Jordans
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 22
Année/études : 2ieme année en Arts

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Lun 22 Fév - 20:24

Ok

Hiro & Effy

B on, j’avoue que la main sur cuisse, j’y avais été un peu fort, surtout en conduisant… ce n’était vraiment pas une bonne idée. Je voyais bien qu’il n’était pas à l’aise d’avoir ma main sur sa cuisse. Peut-être était-il vraiment gai à la fin…? Le garçon avait failli rater le feu rouge et il s’était arrêté à toute vitesse. Il profita du fait qu’on était arrêté pour enlever brusquement ma main.

-PUTAIN CON!!  Mais c'est quelle partie de la phrase que tu ne comprends pas dans 'on baisera PAS'!!!!!"C'est quoi ton problème à la fin?!! T'as rien d'autre à faire de ta vie que de te faire sauter par des inconnus quand t'es complétement pétée?!! Un jour où tu devras rentrer seule, tu vas te faire poignarder dans le ventre et violer dans une ruelle sombre!! Ou alors tu vas crever du sida à 32 ans!! Peut-importe!! C'est pas mon problème dans le fond!! Juste un jour que je lirai en titre d'un journal de gauche 'Jeune femme violée et assassinée en état d'ivresse'!! Bah je m'en battrai les couilles!! Parce que tu le mérites bordel!!! Putain de merde!!"

Il avait crié. Je me calai dans le fond de mon siège et je regardai droit devant moi. J’avais un peu honte de moi, il avait raison. J’avais vraiment abusé sur sa gentillesse. Jamais je n’aurais dû l’allumer de la sorte… La parole qui m’avait le plus frappé était celle du viol… et violer dans une ruelle sombre. D’une certaine manière, je n’en avais rien à foutre de me faire violé par des inconnus… J’avais lors de ma jeunesse été violée plus de fois que n’importe qui, pendant deux ans on m’avait volé mon innocence et c’était ce qui m’avait poussé à être, qui j’étais aujourd’hui. La seule différence entre maintenant et la dernière fois que je m’étais violée c’est qu’à l’époque j’avais huit ans… Aujourd’hui, j’étais plus forte, si un jour cela se reproduisait, je ne tomberais pas dans l’alcool et la drogue, non, j’allais simplement survivre. D’un autre côté, pour qui ce prenait-il? Il n’avait aucune idée de ce que j’avais vécu dans ma vie. Des mots, ça pouvait blesser, et ça, je suppose qu’il ne le savait pas vu la manière dont il m’avait parlé.  

Une larme coula le long de ma joue et je ne retins même pas celle qui suivit. Le jeune homme sortit de la voiture et il s’alluma une clope. Moi j’étais toujours dans la voiture et je pleurais. Je n’avais toujours pas les idées claires et c’était probablement la raison pour laquelle je pleurais toujours. Ce qu’il m’avait dit m’avait vraiment atteint. Qu’il s’en foutait, que je le méritais…  Nah, je ne pouvais certainement pas mériter tout cela… Même la pire de toutes les personnes dans ce monde à la con ne méritait pas une fin si horrible!

J’essuyai mes larmes et détachai ma ceinture. Je ne savais pas ce que j’allais faire à présent, mais je n’allais certainement pas rester avec une personne qui m'envoie promener. J’ouvris la portière de la voiture et mon regard croisa celui du jeune homme. Je ne savais pas si je voulais lui dire quelque chose, le faire sentir mal, ou simplement partir et ne rien lui expliquer. Je regardai autour de moi, je ne savais aucunement où j’étais. La ville était si grande et il y avait tellement de rues que je ne savais pas laquelle emprunter pour retourner chez moi. Je croisai mes bras commençant un peu à grelotter. Il faisait vraiment froid. Je me retournai dos au blondinet et je me mis en marche. J’avais de la difficulté à marcher droit, j’étais saoule, perdue et désormais seule. Les larmes recommencèrent à couler sur mon visage.  


.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Dim 6 Mar - 15:08

A force de ne pas vouloir abuser d'elle, j'avais fini par parler comme un véritable salop. D'un côté, je m'en voulais, mais de l'autre, je me disais que ça aurait le mérite de nous éviter une connerie. J'étais sorti pour me calmer, et n'avais pas remarqué qu'elle s'était mise à pleurer. Sans doute était-ce pour le mieux, puisque je lui aurait certainement mis une claque pour qu'elle arrête de chialer, ou alors, ou alors je lui aurais re-hurlé dessus à n'en plus finir. Enfin... J'étais bien là, seul avec ma clope; dans le froid, ça me permettait de me calmer un peu. Cependant, malgré l'agacement qu'elle pouvait m'inspirer, je n'allais pas la dégager de ma voiture en lui disant "démerde-toi maintenant!", et l'abandonner seule dans les rues de Montréal. J'étais con et énervé, pas inconscient.
Mais ça, c'était sans compter sur mademoiselle Effy, qui semblait avoir pour projet de mourir dans la nuit. Je vis la portière s'ouvrir et je regardai la jeune femme. Même dévastés par les larmes, ses yeux restaient magnifiques. Ahem on sen fout, j'étais pas là pour discuter de sa beauté, mais pour m'assurer qu'elle serait encore en vie demain à l'aube. Maintenant calmé, je culpabilisais un peu de l'avoir faite pleurer: je ne savais pas quel sujet sensible j'avais abordé sans le savoir, mais ça semblait l'avoir perturbée un max. Je la regardai faire deux pas pour s'éloigner de moi en finissant ma clope. Elle était sérieuse là? Bon ok, j'aurais fait la même chose à sa place, mais je n'avais pas envie de passer ma nuit à jouer à cache-cache dans toute la ville. J'écrasai mon mégot sur le sol et partis à sa suite après avoir verrouillé ma voiture. L'avantage, c'était qu'elle était bourrée, donc elle ne marchait pas droit et n'irait pas très loin avant que je la rattrape.
Elle avait peut-être fait une petite vingtaine de mètres avant que j'arrive à son niveau. Je passai un bras autour d'elle pour l'empêcher de s'échapper d'avantage, et de ma main libre, posai ma veste sur ses épaules.

"T'es vraiment pas très futée comme fille, tu le sais nan? T'as vraiment cru que j'allais te laisser déambuler seule dans les rues à cette heure-ci? T'as trop d'espoir princesse. Alors ce qu'on va faire, c'est que je vais te ramener à l'internat de la fac parce que je sais pas où t'habites, mais moi je vis là-bas. Tu vas prendre une douche toute seule, parce que t'es un peu sale. Et tu vas te changer pour pas foutre de la peinture partout. Après tu dormiras dans mon lit, sans qu'on couche ensemble. Et je m'excuserai quand tu seras sobre, parce que présenter des excuses à quelqu'un de bourré ne sert à rien."

Peut-être que ma manière de parler faisait passer ça pour une proposition, mais en vérité, elle n'avait pas le choix la petite. Je l'assommerais si elle refusait. Je la libérai de mon bras, et attrapai sa main comme j'aurais attrapé celle d'un enfant en perdition. J'espérai qu'elle me suivrait sans faire d'histoire, parce qu'on se les pelait pas mal, et que je risquai de ne pas apprécier de passer la nuit dehors.

"Tu viens avec moi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Jordans
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 22
Année/études : 2ieme année en Arts

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Mar 22 Mar - 0:28

Je vais venir avec toi, mais...

Hiro & Effy

Je marchais seule dans la nuit. Mes larmes coulaient lentement le long de mes joues et je ne savais même plus pourquoi je pleurais. Mes yeux n’arrêtaient pas de se remplir même si intérieurement je leur disais d’arrêter.  Je ne marchais pas droit, je tentais de mettre un pied devant l’autre, mais en vain. Jamais je n’allais pouvoir trouver un moyen de rentrer chez moi… Je connaissais portant bien Montréal, cela faisait plus d’un an que j’y habitais, mais là, dans une rue que je ne connaissais pas et surtout saoule… je ne pouvais bien ne pas y arriver. J’entendis alors des pas derrière moi, probablement ce mec qui m’avait fait manger un «char de marde» comme on dit si bien. Je me mis à accélérer la cadence, mais ce ne fut évidemment pas assez puisqu’un bras s’enroula autour de moi et une veste arriva sur mes épaules. Il sentait un mélange de clopes et d’un parfum assez attrayant. Il me donnait vraiment envie, mais là n’était pas le bon moment. C’est un trou du cul, tu ne devrais pas être attirée par lui, pensai-je.

-T'es vraiment pas très futée comme fille, tu le sais nan? T'as vraiment cru que j'allais te laisser déambuler seule dans les rues à cette heure-ci? T'as trop d'espoir princesse. Alors ce qu'on va faire, c'est que je vais te ramener à l'internat de la fac parce que je sais pas où t'habites, mais moi je vis là-bas. Tu vas prendre une douche toute seule, parce que t'es un peu sale. Et tu vas te changer pour pas foutre de la peinture partout. Après tu dormiras dans mon lit, sans qu'on couche ensemble. Et je m'excuserai quand tu seras sobre, parce que présenter des excuses à quelqu'un de bourré ne sert à rien.

Alors maintenant il était gentil? Non, mais. J’avoue ne pas avoir été correcte avec lui, surtout lorsqu’il conduisait, mais quand même. Il avait pitié de moi ou quoi? J’étais une grande fille et j’étais en mesure de m’occuper de moi. En fait j’avais été vraiment conne de partir avec un inconnu, j’aurais pu tomber sur le pire gars du lot - ce qui d’ailleurs étais arrivé –, mais là, tout d’un coup il m’invitait chez lui, me laissait prendre une douche et me faisait dormir dans son lit? Il s’était surement rendu compte de la belle opportunité qu’une fille saoule morte lui présentait: facile à violé, elle s'en souviendrait plus le lendemain et voilà, une bonne chose de faite. Non, mais ce que j’avais été conne! Là, je n’avais plus vraiment le choix, soit je faisais la gentille fille et je partais avec lui, soit je refusais et risquais de me faire kidnappé ou quelque chose dans le genre. Bon, je mettais probablement tout cela pire que c’était puisqu’une partie de mon cerveau était absent, mais j’avais la trouille.

Le jeune homme enleva son bras de sur moi et il me prit la main comme une fillette en me demandant si j’allais venir. J’étais d’abord réticente et tentais de retirer ma main. Je compris bien vite à son regard qu’il ne rigolait pas et qu’en fait je n’avais pas vraiment le choix. Je baissai la tête en essuyant mes larmes de l’autre et je commençai à avancer à sa suite. En regardant devant moi la mince distance que j’avais parcourue depuis la voiture en ce qui m’avait paru une éternité, je compris à quel point j’étais bourrée et que c’était probablement mieux qu’il me rapporte chez lui et que je fasse une bonne nuit de sommeil. Arrivée à la voiture, j’ouvris la portière côté passager et je pris place dans l’auto, bouclai ma ceinture et croisai les bras sur mon corps pour démontrer ma frustration. Une fois que le jeune homme pris place derrière le volant, il partit la voiture et je lui dis sans même le regarder :

-Au fait, sa serait bien que je sache ton nom si on va chez toi… comme ça si jamais c’est toi qui me violes je pourrai dire à la police c’était qui.

C’était vache de ma part mais je ne m’en voulais aucunement, il l’avait bien mérité!



.

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Lun 28 Mar - 12:06

Ça ne semblait pas la brancher plus que ça de venir avec moi, mais de toute façon, elle n'avait pas le choix. Tant mieux pour tout le monde, elle finit malgré tout ce qui devait se passer dans sa tête par accepter de me suivre docilement: j'avais pas envie de batailler avec une bourrée pendant des heures. Quelque part, j'avais l'impression qu'elle ne m'avait suivi que par peur. Peur de quoi? Là était la question, puisque je n'étais ni très grand, ni très musclé. Alors peut-être étais-je asiatique, mais à aucun moment dans ma vie je n'avais prétendu être un ninja. J'avais essayé le karaté une fois dans ma vie, bah résultat des courses je m'étais fait une double fracture du radius donc non, aucun risque que je lui fasse du mal. Après, peut-être craignait-elle que je la viole mais là encore, aucun risque:  si j'avais refusé de coucher avec elle, ce n'était pas pour la violer dans l'heure qui suivait. Je voulais bien que seuls les cons ne changeaient pas d'avis, mais changer d'avis aussi vite relevait sans doute d'une maladie psychologique grave.
Enfin! L'important étant là, on pouvait repartir. Je l'observai monter dans ma voiture avant d'y grimper à mon tour. Au moins Effy présentait un avantage: elle s'attachait toute seule et surtout acceptait de rester attachée, contrairement à d'autres personnes qui bourrées pétaient un câble dès qu'on leur demandait de le faire. Et puis une bonne chose de gagnée: elle avait l'air moins chauffée pour une partie de jambes en l'air que dix minutes auparavant. Yahou, on pourrait finir le trajet dans le calme. Je m'attachai à mon tour et fis repartir ma voiture.

"Au fait, sa serait bien que je sache ton nom si on va chez toi… comme ça si jamais c’est toi qui me violes je pourrai dire à la police c’était qui."

Celle-là, je ne m'y attendais pas. J'esquissai un sourire devant tant de cuteness. Elle me faisait penser à un enfant pas content, assise les bras croisés comme ça, la mine boudeuse comme si elle avait quatre ans et que je lui avais fait quitter Disney Land trop tôt. En somme, elle n'était pas ravie d'être dans la voiture avec moi. Mais bon, même si je ne comptais toujours pas abuser d'elle, sa question était légitime et méritait des réponses.

"Je m'appelle Hiro. Y'a tous mes papiers d'identité dans la boîte à gants si tu 'me crois pas, où si tu veux plus d'info sur qui je suis."

Là dessus, si elle voulait une preuve de mon identité, elle serait servie, puisqu'étant binational, j'avais tous les papiers d'identité en double. Si ça lui faisait  plaisir, je pouvais même lui en prêter un, au cas où je la viole vous comprenez... Ce serait plus pratique pour m'envoyer en taule. Je rigolai à cette idée débillissime, et jetai un coup d’œil en sa direction.

"Mais entre nous, je compte pas te violer. Pas trop mon délire d'abuser des gens faibles de corps et d'esprit."

Ceci étant dit, je laissai ma voiture nous ramener à la fac. A bien y penser, cette fille me disait vraiment un truc, et plus les minutes passaient, plus j'étais persuadé que  malgré ses dires, elle y était bien, à la fac. Une fois arrivés à destination, je lui ouvris la porte et lui reposai la question, persuadé que la réponse serait alors différente.

"T'es toujours pas en internat à la fac, où ça a changé en dix minutes? Faute de quoi, tu  dors avec moi, à toi de choisir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Jordans
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 22
Année/études : 2ieme année en Arts

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Jeu 21 Avr - 1:27

Je suis misérable

Hiro & Effy

Je vis du coin de l’œil que le jeune homme faisait un sourire. Non, mais, il se foutait de ma gueule ou quoi!?! J’avais pas le cœur à rire et je ne voyais pas ce qui avait de drôle dans ce que je venais de dire. J’étais totalement sérieuse.

-Je m'appelle Hiro. Y'a tous mes papiers d'identité dans la boîte à gants si tu 'me crois pas, ou si tu veux plus d'info sur qui je suis.

Enfin, il avait répondu à ma question. Je tournai la tête vers lui voir s’il était sérieux sur le fait que ses papiers étaient dans sa boite à gants. Vu qu’il ne souriait plus, j’en déduis qu’il était cette fois-ci sérieux. J’ouvris le coffre devant moi en y cherchant ses papiers. Bon là j’étais peut être parano, mais je voulais être certaine d’y faire confiance à ce mec. Et après une fille bourrée fera bien ce qu’elle veut non?  Je trouvai finalement ce que je cherchai et regardai bien attentivement. Ouais, Hira Kimura c’était bien lui. Alors que je remis ses affaires dans le coffre, je l’entendis rigoler. Non, mais il avait fini de se foutre de ma gueule?

-Mais entre nous, je ne compte pas te violer. Pas trop mon délire d'abuser des gens faibles de corps et d'esprit.

Je fronçai les sourcils en entendant cela. Moi? Faible de corps et d’esprit. Non, mais! Il ne savait pas de quoi il parlait lui. Oui j’étais bourrée, oui je prenais des décisions stupides présentement, mais je n’étais pas faible, loin de là!

-Pfff… m’a t’en faire moi des faibles de corps et d’esprit… marmonnai-je.

Le reste du trajet se déroula en silence. J’avais pas vraiment envie de lui parler à ce mec… Il me mettait en pétard à chaque fois qu’il ouvrait la bouche. Je gardai mes bras croisés dans le fond de mon siège en colère. Toute cette frustration en moi me donnait mal au cœur (et aussi le fait que j’étais vraiment, mais vraiment bourrée) et après dix minutes de route je dus vraiment me concentrer pour ne pas vomir dans son auto… quoique… j’avais bien envie de lui faire payer ses paroles en l’air. L’auto finit par s’arrêter une fois arrivée à destination. Hiro sortit de la voiture  et il vint m’ouvrir la porte, au moins un acte de gentillesse da sa part.

-T'es toujours pas en internat à la fac, où ça a changé en dix minutes? Faute de quoi, tu  dors avec moi, à toi de choisir.

J’avais plus vraiment envie de continuer ma soirée avec lui. Il allait surement continuer à avoir une trop grande gueule. J’enlevai ma ceinture et m’assis les pieds en dehors de l’auto je tentai de me lever, ma foi, trop rapidement et je retombai assise dans l’auto. Ma tête tournait beaucoup trop. Je refis une tentative, mais le résultat fut le même. Là c’en était trop et mon estomac n’était plus capable de supporter tout cela. J’ouvris la bouche pour lui dire que je ne me sentais vraiment pas bien… mais je me penchai immédiatement vers l’avant sentant tout l’alcool que j’avais ingurgité remonter.  Je fis ce que j’avais à faire en m’assurant de ne pas en mettre dans l’auto, parce que non, je n’étais pas si méchante. Après avoir je crachai une dernière fois par terre avant de coucher mon corps contre mes jambes la tête en bas. Je fermai les yeux parce que sinon j’étais certaine que j’allais pleurer. J’étais vraiment misérable…

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Jeu 21 Avr - 21:55

Maaah, elle était cute la petite Effy, à essayer de se  défendre. J'avais pas rigolé, puisque ça semblait l'énerver, mais c'était magnifique comme scène. Elle s'était enfoncée encore plus, comme un bourré qui rampe sur le  sol et qui dit tout haut "Chui pas bourré!". Bref... elle n'avait rien ajouté sur le reste du trajet, et ne m'avait pas répondu à ma question. Résultat des courses, je ne savais toujours pas si elle avait une chambre ici. Tant pis pour toi ma chérie; ma présence la gênait, mais moi la sienne m'indifférait. Après tout, j'étais condamné à aller chercher mes potes au milieu de la nuit donc bon... Effy était l'échauffement. J'avais pas besoin de la traîner par les pieds pour la faire bouger, elle.
Je bénis intérieurement cette demoiselle quand elle se mit à vomir ni dans ma voiture, ni sur elle même, ni sur moi. Ça faciliterait grandement le nettoyage mine de rien. Je accroupis devant elle et lui tins les cheveux pour qu'elle ne vomisse pas dessus, c'était le pire. Je l'observai après coup s'effondrer sur ses genoux. Pauvre petite. Même si elle ne voulait pas de mon aide, je ne pouvais rien faire d'autre que rester au près d'elle jusqu'à ce qu'elle ait décuvé -partiellement décuvé ça marchait aussi. Je lui caressai les cheveux et attendis qu'elle se calme. Après j'étais pas au courant de toute sa vie, peut-être elle était dépressive ou une connerie dans le genre, ou elle avait juste l'alcool triste. En tous cas, toujours donner raison aux bourrés. On en finit pas sinon. Je me relevai sur mes deux pieds et l'aidai à se relever à son tour.

"Tu vas aller te pieuter, ce seras mieux pour tout le monde."

Je la repris dans mes bras comme une princesse, verrouillai ma tuture et repartis  direction le salon Opal, histoire d'aller lui chercher une tisane. Mission accomplie, je galérai un peu à porter et la tisane et Effy, mais je réussis finalement à gérer like a boss et à amener tout le monde à bon port malgré l'obstacle colossale que représentaient les escaliers. Pas de bucheron en vue dans la chambre. Il devait être sorti lui aussi. Je assis Effy sur mon lit le temps de poser la tisane sur la table de nuit et de chercher des habits pour qu'elle dorme proprement. Un tee-shirt trop grand, un jogging, ça ferait l'affaire pour la nuit. Je posai le pyjama à ses côtés, et lui tapotai la tête.

"Aller Effy, vas te rincer la bouche, prendre une douche. Bois la tisane après, tu dormiras mieux. Et  si t'es chaud pour te faire un litre d'eau cul sec, ça t'éviteras une partie de la gueule de bois demain matin."

Je m'affalai sur mon lit comme une loque. C'était dans ce genre de moment que j'aimais bien être bourré. J'aurais dormi comme un bébé. Mais bon, fallait finir de s'occuper d'Effy d'abord, et même après, ma soirée n'était pas finie. Courage Hiro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Jordans
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 456
Date d'inscription : 22/01/2016
Age : 22
Année/études : 2ieme année en Arts

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Lun 25 Avr - 23:22

Je suis désolée

Hiro & Effy

Alors que je vomissais ma vie, Hiro m’avait tenu les cheveux pour ne pas que je m’en mette partout, c’était je dois dire bien gentil de sa part. Il m’aida ensuite à me relever et je lui lançai un regard qui se voulait un merci. Je me sentais tellement nouille à ce moment. N’importe qui aurait pu me voir et rire de moi. J’étais normalement une élève sage et qui avait bonne réputation, mais là j’allais avoir celle de la fille qui ne savait pas boire… ouin ce n’était pas génial ça.

-Tu vas aller te pieuter, ce sera mieux pour tout le monde.

Il avait probablement raison. Avant même que je ne réponde, il me prit dans ses bras tel une princesse, c’était, je dois, dire assez agréable de se faire prendre de la sorte. J’avais la tête nichée dans le creux de son cou. Il sentait bon comparé à moi  qui devais sentir un mélange de vomi, de boisson et de peinture… Nous arrivâmes finalement à sa chambre et le jeune homme réussit tant bien que mal à ouvrir la porte, moi, toujours dans ses bras. Il me déposa sur son lit et il mit la tisane qu’il avait apportée alors que nous passions par le salon d’Opal, sur la table de chevet. Il sortit de ses tiroirs un grand chandail et un jogging, ah que j’allais être confortable là-dedans! Il mit ensuite sa main sur ma tête comme lorsqu’on parlait à un enfant.

-Aller Effy, vas te rincer la bouche, prendre une douche. Bois la tisane après, tu dormiras mieux. Et  si t'es chaud pour te faire un litre d'eau cul sec, ça t'éviteras une partie de la gueule de bois demain matin.

Je fis un léger signe de tête affirmatif et je me dirigeai, avec dans mes mains les vêtements propres, vers la salle de bain. Je fis couler l’eau, ne la mettant assez froide pour essayer de dégriser un peu. J’enlevai ma salopette et le reste de mes vêtements et entrai dans la douche. C’était vraiment froid, mais au moins cela me permettait de me remettre un peu les idées en place. Je frottai mon corps et mes cheveux couverts de peinture avec du savon et m’assurai que tout était bien parti avec de sortir. Je ne voulais quand même pas mettre de la peinture partout dans la chambre d’Hiro. En sortant, je pris une serviette propre sous l’évier et m’essuyai avant de mettre les vêtements qu’Hiro me prêtait. J’ouvris alors la porte de la salle de bain en claquant des dents, frigorifiée par l’eau glacée. Je retournai m’asseoir sur le lit et pris la tisane qui n’était pas bien loin. Je sentis la chaleur descendre dans mon ventre et je souris. Mais ce moment de bonheur n’avait duré qu’un bref instant le temps que j’aie finis ma gorgée. Je regardai alors Hiro qui était couché sur le lit.

-Merci, c’est vraiment gentil de ta part.

J’avais dit cela entre deux claquements de dents. Le tremblement faisait en sorte que ma tête tournait encore plus. Je savais que j’étais encore bourrée, mais au moins mes propos n’étaient plus vraiment insensés.

-Au fait, dis-je après avoir avalé encore un peu de tisane, je suis désolé de te faire manquer ta soirée avec tes potes… j’ai bien vu tout à l’heure que tu étais avec eux…

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   Jeu 28 Avr - 17:16

Rester éveillé en soirée était quelque chose de beaucoup plus difficile sobre que bourré. Effy était partie prendre sa douche, et moi, étalé sur mon lit, je n'aspirais à rien d'autre qu'à dormir. Honnêtement, je rêvassai à un énorme lit rempli de milliers d'énormes coussins moelleux, tellement de coussins qu'ils me serviraient de couette. Ah oui, ça c'était une bonne idée. Me noyer dans les coussins. Ce serait super drôle de vivre dans des coussins comme ça, tout le temps. Avoir tellement de coussins que  je  pourrais rouler à l'infini sur le côté sans jamais sortir des coussins. Bercé par cette tendre idée que d'un monde entièrement fait de coussins, je  fermai les yeux et commençai tout  doucement à m'endormir quand Effy revint de la salle de bain. "Merci, c’est vraiment gentil de ta part." Ça dépendait du point de vue. Pour moi, c'était plus normal que gentil. Je n'aurais laissé personne finir à découcher dans la rue comme ça. Elle aurait fini en taule pour ivresse sur la voie publique au rythme  où elle buvait, où aux urgences à 4 grammes 3 d'alcool par litre de sang.
J'esquissai un sourire en remarquant qu'elle tremblotait et me redressai sur mon lit. Quelle bourrée intelligente: prendre une douche froide, c'était toujours un bon bail. Mais du coup elle devait se les peler sévère, avec ses cheveux tout froids et mouillés, et puis je n'avais pas de sèche-cheveux. Je n'en aurais pas grande utilité. Je me levai donc et emballai Effy dans la couette du lit comme un sushi dans une algue, et sortis ses cheveux de la couette. C'était mieux comme ça. "Je reviens." dis-je à son intention. Je fis l'aller-retour  dans la salle de bain histoire d'attraper une serviette sèche puis me rassis à côté d'elle. "Au fait, je suis désolé de te faire manquer ta soirée avec tes potes… j’ai bien vu tout à l’heure que tu étais avec eux… " Bah, si elle savait. Elle m'avait plutôt fait l'amination de la soirée, parce que surveiller ces sales gosses, c'était vachement chiant mine de rien. Et elle avait plus besoin d'aide qu'eux. Ils étaient tellement habitués qu'ils pouvaient se mettre en pls tous seuls, même inconscients. Je ne connaissais pas Effy, mais j'avais préféré ne pas prendre le risque. J'attrapai ses cheveux pour les sécher à la main. Retour au Moyen-âge, mais c'était mieux que la crève.
"T'en fais pas pour moi, je m'en sors. Je faisais rien à part parler avec une demoiselle fiancée. Ma soirée était juste pourrie, t'as permis de la pimenter un petit peu. Et puis tu seras mieux ici que dans un caniveau gelé." Je repensai à ce que je lui avais balancé dans la gueule tout à l'heure. Je m'étais dit que je m'excuserais une fois qu'elle serait sobre, mais là, elle semblait relativement calme, alors autant en profiter pour  le faire maintenant. "C'est moi qui m'excuse pour ce que j'ai pu te dire, dans la voiture. Je  connais pas ta vie, j'aurais pas dû."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une aide précieuse (Hiro&Effy)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une aide précieuse (Hiro&Effy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption
» ALBA: Aide en matiere energetique et sanitaire
» Plus de 85 % de l’aide étrangère à Haïti sont gérées par les ONG selon Jean Max
» Firefox aide à l'orthographe
» Haïti refuse un cargo d'aide alimentaire mexicaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université Enamor :: Archives :: Archives :: Vieux rps-