AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Mer 13 Avr - 20:54

Allez les petits gars! Je m'étais vraiment chauffé tout seul pour sortir là! Mais bon hein... 'fallait pas avoir trop d'espoir non plus. Elle ne faisait que détruire tous mes plans magnifiques depuis tout à l'heure. On change pas une équipe qui gagne... nan? Alors une fois de plus, laissez moi présager qu'elle allait me rire au nez et refuser de venir avec moi. Whallah que j'allais être triste. Mais bon, apparemment, vu son sourire, elle était pour venir avec moi. Cool!

"Ouai trèèèèèèèès bonne idée, un café long se sera parfait Roswell même un double. Et aussi manger parce que sans l’air de rien, je crois que ça nous fera du bien à tous les deux. Tu connais un truc sympa pas très loin ?"

AAAAH! Et elle était motivée en plus! Tant mieux, on allait passer une bonne fin de journée. J'essayai de l'imiter et de me lever à mon tour sur mes deux pieds, mais déjà, le défit était de taille. Bravement -après m'être cassé deux fois la gueule- ce fut en rigolant comme un âne de ma propre sobriété -l'important c'est d'y croire uhuh- que je lui pris la main comme un petit enfant et l'entraînai avec moi. J'avais pas oublié un truc moi? Ah si, la question qu'elle m'avait posé.

"Penses-tu! La première chose que j'ai faite en arrivant à Montréal, c'est faire le tour de la ville pour repérer tous les endroits où on peut manger et boire sainement!"

Okayyy, boire sainement, sauf quand on boit de l'eau, c'est un paradoxe. L'alcool détruit la santé blabla. Mais bon, d'un côté, l'alcool c'est de l'eau, nan? Et puis certes, les dommages d'un alcoolisme chronique sont forts regrettables, mais ça fait bosser les médecins. Triste à dire, mais véridique. OLAA! Trêve de dépression, j'étais pas là pour me morfondre sur le niveau de pourriture de notre société, mais pour amener cette jolie demoiselle manger un bout. J'avais une idée de resto précise en tête, tout mignon tout confortable, ou personne ne te prenait la tête quand t'avais trop bu. Ça, je le savais par expérience.

"Laisse moi t'inviter miss! Je connais l'endroit parfait qu'il nous faut!"


Je lui devais bien ça après tout, pour avoir le courage de me supporter alors que j'avais bu. C'était... mission impossible, genre même Tom Cruise il savait pas faire ça. J'étais affreux bourré et les personnes sobres avaient bien souvent du mal avec moi sans avoir envie de m'éclater la tête.

"Par contre, j'espère que t'as rien contre la bouffe vegan, parce que y'a pas moyen tu me fais bouffer un animal crevé."

Ça avait le mérite d'être dit. Et sur ce sujet, c'était perdu d'avance d'essayer de me faire changer d'avis. Même pour les beaux yeux de Chrissy Costanza je boufferais pas un cadavre.
J'attrapai  ensuite sa main pour l'entraîner avec moi hors de l'université, et dans le labyrinthe des rues québécoises. Ce resto avait un avantage supplémentaire; il était vraiment à deux  pas de la fac. Pas dans le sens littéral soyons d'accord, mais sobre, je ne mettais vraiment pas deux minutes pour y aller. Là euh... j'avais pas compter, mais ce ne fut pas long non plus. En plus, j'avais l'impression de courir dans des champs comme un débile à sautiller comme ça dans la rue. Mais bon, j'étais content, c'était l'essentiel! On arriva en deux deux devant le resto. Je posai un bisous sur sa joue et tendis la main pour l'inviter à rentrer.

"On y est miss!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toni Stefan
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 06/03/2016
Age : 24
Année/études : 3éme année

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Jeu 14 Avr - 11:54

Végan Rapide  : The revolution of fast food



Après un départ plus ou moins catastrophique, bah oui, le camarade nippon a eu du mal à se relever. Le voilà qui me prend la main et me voilà en train de le suivre. Uh ? Ouai bon, il était choqué de par mon baiser mais je dois dire que là c’est lui qui prend les devants. Les neurones se mettraient ils en place ? Suite à ma question, il me répondit.

"Penses-tu! La première chose que j'ai faite en arrivant à Montréal, c'est faire le tour de la ville pour repérer tous les endroits où on peut manger et boire sainement!"

Ouai bon moi aussi, mais je ne connais pas ses endroits à lui hein. Moi aussi, je suis là depuis un petit moment déjà et jamais croiser. Faut dire que Montréal est grand, donc hein, pas obliger de croiser des inconnus que je ne me souviendrai plus. Sauf que j’étais sage pendant ma période d’anonymat. Mes seules cuites furent avec Chris et son entourage et je dormais dans le sofa de son studio de photographie pour ne pas déranger ma famille d’accueil. La fille au pair qui rentre bourrée, ça ne le fait pas du tout, mais pas du tout.

Manger sereinement, ok, mais boire sereinement, j’en doute fortement surtout avec le spécimen devant moi hihi. Néanmoins, je le suivis docilement.

"Laisse moi t'inviter miss! Je connais l'endroit parfait qu'il nous faut!"

- Je te fais confiance Roswell, venant de toi, je pense que je ne serai pas au bout de mes surprises.

Eh bah oui, Il était déjà une surprise à lui tout seul et son petit monde extravagant l’était tout autant donc, je ne pouvais avoir que de bonnes surprises avec lui.

"Par contre, j'espère que t'as rien contre la bouffe vegan, parce que y'a pas moyen tu me fais bouffer un animal crevé."

Qu’est-ce que je disais? J’ai déjà essayé à ce genre de restauration plus que végétale qu’autre chose. Bah oui, l’ouverture du monde et d’esprits sur les végétariens, les végétaliens et les végans. Entre ces trois types de consommateurs de végétaux, il y a une différence et pas des moindre. Le Végan est en haut de l’échelle que le végétarien est en bas. En dessous, y a les carnivores. Je ne mange déjà plus de poissons et tout ce qui vient des mers et océans depuis pas mal de temps. Voir des baleines, des dauphins, des globicéphales et des requins se faire massacrer, je n’ai jamais autant pleuré de ma vie sur leur sort que l’homme entre guillemets leur réserve, aux prix de quoi? les lobby, gouvernements ou tradition ancestrale. Sans parler de la pollution des fonds marin et leur habitat. L'écosystème aquatique meurt à petit feu et personne ne le voit à part quelques uns. J’avoue que j’ai du mal à décrocher de la viande, cependant, je ne rejette pas l’idée d’un coup de pouce ou d’un coup de main.

- Y a pas de soucis Hiro, je suis assez ouverte d’esprit, je respecte les goûts et les couleurs de chacun.

Nous étions partis et je resserrai ma main dans la sienne, entre la neige et le froid. La météo avait l’air de le revigorais. Farfadet… Oui s’en était un. Je souris en le regardant sautillait puis nous arrivâmes et là il me déposa un baiser sur la joue.

"On y est miss!"


Je regardais la devanture, l’intérieur vite fait devant la porte, ainsi que les menus au-dessus du comptoir. Finalement, mon regard finit dans ses grands yeux bridés. Les yeux pétillants, oui, je ne peux pas le cacher, je mourrai d’envie de l’embrasser de nouveau. Mais bon, pas envie de le choquer une deuxième fois. Autant le dévorer des yeux et de me mordre la lèvre inférieure, c’était plus simple Sauf que le froid me remis dans la réalité.

- Entrons, j’ai glagla.

Pas eut le temps de prendre ma doudoune, mon cache nez, mon bonnet et mes gants dans le dédale du monde intérieur d'Hiro, j'étais en tee-shirt. Je mis ma main sur la poignée de la porte et je tirai. Sauf que ça ne marcha pas du tout. Ouai bon, c’est écrit PUSH. Pas très maligne la fille…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uemontreal.forumgratuit.be/t943-bonjour-l-ue-et-merci-de-
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Mer 20 Avr - 22:40

Bon, c'était cool, elle avait l'air plutôt ouverte d'esprit sur le sujet de la bouffe. A vrai dire, ça m'aurait un peu casser le  cul qu'elle réponde autre chose. Je suis l'homme le plus chiant du monde quand je suis bourré, du genre à te faire la morale pendant trois heures sur la souffrance des petits animaux. Littéralement trois heures, ou du moins jusqu'à ce qu'on m'assomme. Dommage pour elle hihi, elle avait pas l'air d'avoir la force nécessaire pour ça. Son regard croisa le mien. Elle avait des jolis yeux la miss, tout plein de joie et de vie. Ça me donnait envie de lui tirer les joues en couinant quelque chose du genre "coussoucoussou". Mais bon, elle disait elle-même qu'elle avait froid, on n'allait donc pas prendre un thé sur le trottoir.
Passant donc outre cette folle envie de l'emmerder, je rigolai deux secondes en la regardant tirer la porte alors que c'était bien écrit en gros en gras en rouge qu'il fallait la pousser. Je posai une main sur la porte et la poussai délicatement. Elle s'ouvrit toute seule. Je me penchai sur son épaule et rigolai à son oreille.

"Ça marche mieux dans l'autre sens baaka!"

Je posai un poc sur sa joue et l'entraînai à l'intérieur. Bah oui, là c'était clair, il faisait nettement meilleur dedans que dehors. A vrai dire, on devait se les peler sévère, mais ça me passait un peu au dessus de la tête. La faute à l'alcool, j'y étais pour rien! Je fis un geste de la main au garçon derrière le comptoir -Andrew de son prénom. Un pote à moi, que j'avais rencontré en soirée. Du coup, il m'avait parlé de son boulot après coup et j'avais atterri ici. Le gérant était méga gentil et ils faisaient les meilleures cupcakes de l'univers entier. Je fis asseoir Toni et partis en quête de nourriture. Andrew capta à dix milles que j'étais au bout de ma vie niveau alcoolémie, et ne me  demanda même pas ce qu'on voulait manger.A vrai dire, je n'avais même pas demander son avis à Toni. D'un autre côté, je ne pense qu'elle s'en foutait. Je repartis donc tout content de ma commande et me posai comme une patate trop grillée en face de Toni.
Un fou rire nerveux m'échappa lorsque je vis derrière ma compagne d'une soirée une dame d'un certain âge regarder les cheveux limite radioactifs de Toni avec une tête aussi horrifiée que  la mienne le jour où on m'annoncera que le Front National remporte les présidentielles. J'attrapai la main de Toni et la secouai de droite à gauche.

"Regarde derrière toi Toni, tu vas rire. Je crois que tes cheveux ont achevé la mamie derrière toi!" La vieille dut remarquer que je parlais d'elle -en même temps j'avais une discrétion proche de 0- puisqu'elle détourna le regard et replongea dans son assiette. "Ah non, c'est bon.  N'empêche ils sont vachement jolis tes cheveux. Tu les a comme ça naturellement?"

Il n'y avait que moi pour ne pas me rendre compte que des cheveux  multicolores, à l'état naturel, ça n'existe pas. Encore une fois, alcool oblige. J'attrapai une mèche de sa crinière de licorne pour jouer avec. J'arrêtai de m'amuser comme un gamin quand Andrew ramena la nourriture. Je le remerciai avec un sourire enfantin et le regardai repartir à sa place.

"Il a un beau cul quand même tu trouves pas?" Oups? Une fois de plus, mes mots avaient dépassé ma pensée. Je secouai ma main devant mon visage. "Désolé, je pense trop fort." Je pris ensuite une assiette et la posai devant elle. "Pour toi! C'est des brochettes de tofu au sésame... en gros. C'est méga bon, et c'est cool parce que c'est facile à bouffer, même pour moi bourré!" Je soupirai et posai ma tête sur ma main d'un air dépité. "Ça se voit tant que ça que je suis au bout de ma vie?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toni Stefan
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 06/03/2016
Age : 24
Année/études : 3éme année

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Ven 22 Avr - 17:05

A la bouffe valeureux guerrier!!!!

"Ça marche mieux dans l'autre sens baaka!"

Ouahhhhhh c'est magiqueeeeee mais comment t'as faitttttttt. Première chose que j'avais envie de lui dire rien que pour me moquer de lui. Baaka? huh? Je ne suis pas une baaka, même si j'aime le faire croire. Me demande qui entre nous est le plus idiot. Enfin bref passons, je luis souris et le remercie sagement d'un signe du visage. Et qu'est ce qu'il vient de me faire? J'ai même pas le temps de réagir qu'il m'entraîne déjà à l'intérieur.

Je me sentis, un peu mieux. La chaleur commençait à liquéfier mon sang qui se solidifiait à l'extérieur. Je regardais le mec et tout sourire lui présenta mes salutations du soir.

Je m'assis suite à l'invitation d'Hiro et attendis en regardant tout autour de moi. La décoration était simple, c'était parfait du moins pour moi. Je regardais vite fait le panneau où se trouvais les toilettes, endroit très stratégique.
Puis Hiro s'installa comme un mec bourré et piqua vite fait un fou rire.

"Regarde derrière toi Toni, tu vas rire. Je crois que tes cheveux ont achevé la mamie derrière toi!"

Je regardais derrière moi. Puis je me mis à rire, c'est pas nouveau, je ne suis plus atteinte du regard des gens et ça me fait toujours autant rire . Je vais finir par raser ma tête et me faire une super crête de punk. Là ça sera le comble du comble et rien que pour emmerder le monde, je galoperai comme une licorne en poussant des hennissements. Stop! Arrête tes films sur les délires Toni.

Hiro prit ma main et commença à me la secouer de gauche à droite. J'ai jamais vu un mec aussi tactile. C'est vrai quoi!!! On me fuit rien que pour ça. Je suis trop étouffante parce que j'aime les câlins et j'ai besoin de montrer au gens que j'aime que je les aime. Maudite malédictionnnnnn. Je le laisse faire, ça me fait du bien, je ne vais pas le rejeter, ça me fait assez chier quand les autres me le font. Même si je ne le dis pas spécialement.

"Ah non, c'est bon.  N'empêche ils sont vachement jolis tes cheveux. Tu les a comme ça naturellement?"

Je pouffe de rire, comme si c'était naturel mes cheveux à moins d'être né sur Autre-monde, être une sorcelière et adoré le pays des licornes : Menthalyr.

- Baaka! Je le fais moi même depuis l'adolescence. C'est joli non? Et merci du compliment.

Puis il se mit à jouer avec une de mes mèches. Encore une fois, j'étais surprise. Personne n'a jamais touché mes cheveux avec une spontanéité tel. Puis il arrêta quand la commande arriva.

"Il a un beau cul quand même tu trouves pas?"

je regardais directement, ouai, bon, il y avait mieux. Celui d'Hiro par exemple. Beau globe fessier. C'est ça de se faire entraîner et de ne pas souffler, on regarde, on yeute, on observe un endroit fixe afin de ne pas tomber. Puis il passa sa main face à son visage, ce qui décidemment me fit rire.

"Désolé, je pense trop fort."

il prit ensuite une assiette et me la posa devant moi.

"Pour toi! C'est des brochettes de tofu au sésame... en gros. C'est méga bon, et c'est cool parce que c'est facile à bouffer, même pour moi bourré! Ça se voit tant que ça que je suis au bout de ma vie?"

Je regardais mon assiette, heureusement que je connaissais le tofu. Une fois, j'avais envie de goûter donc, j'ai été dans une épicerie bio, oui, je voulais pas un truc qui venait des grandes surface, je voulais du vrai. C'était des lasagnes aux épinards et au tofu. Bah, je me suis régalée. Maintenant, que Roswell était un peu calmé, je pouvais en placer une mais avant ça, je claquais des mes paumes de mains la table afin qu'un gros bruit réveil le mort vivant devant moi.

- Hiro! Dis moi, t'es gay ou bi. Attention, question très importante.

Quand tu entends un mec dire sur un autre mec qu'il a un beau cul, ça voulait dire deux choses ou il est gay ou il est les deux. Je dis toujours, qu'avant de dire qu'on aime que les petits beurre c'est délicieux et qu'on ne mange que ça, il faut gouter les cookies avant de dire : j'aime vraiment les petits beurres. Bah oui, de nos jours, faut savoir se trouver dans la société et aussi sexuellement parce qu'il y a trop de tabous autour. Surtout être en accord avec soit même et dire Merde aux autres.

Franchement, j'espérais me dire qu'il était bi, parce que le petit Roswell depuis tout à l'heure, il n'arrêtait pas de me mettre dans tout mes états. Jamais vécut ça de ma vie. Si c'est ça le coup de foudre, j'ai bel et bien était foudroyé par Cupidon.

J'allais commencer à manger mais mon geste s'est arrêter en chemin. Je posa ma fourchette aussitôt.

- Mange, ça te fera du bien, et y a pire que toi niveau "mec ou meuf bourré(e) " t'arrive à marcher plus ou moins droit. A part le fait que tu as confondu les dortoirs, c'est dans ma chambre que tu as atterrit. Quand, je suis avec Ez et Mase, je ne te raconte pas dans l'état où je suis. En général, c'est Mase qui me finit et je m'endors sur le sol ou ailleurs. Tu m'as pas encore vu vider mes tripes sur tes pieds aussi. Pauvre Ez, il en a vu de toute les couleurs avec moi. Même ses tee-shirt qui ont finis à la poubelle même son préféré, il m'a fait la gueule pendant deux jours. Donc, ça va, ton état est stationnaire.

La messe était dite! Quand je picole, je suis la première à être morte mais attention, je sais quand même encaisser, le seul truc qui est chiant, c'est que je ne suis pas un mec, donc, je ne peux pas pisser comme ça comme j'en ai envie. Clair obliger d'observer les lieux, me faufiler et partir solo en mission suicide derrière un mur, un arbre, un buisson, et qu'il n'y a personne aux alentours pour me soulager.

Je pris alors une bouchée de la brochette que je prie directement avec mes doigts. Crotte la convenance, les brochettes, ça se mange à la main comme un bon, gros viking croquant une bonne grosse cuisse de poulet.

J'essuyais mes mains sur la serviette en papier et je me servis un verre d'eau, j'en profita pour servir de l'excellent H2O à mon camarade du soir. Bon limite ça serait du café pour Hiro et un litre et demi de boisson gazeuse qui lui faudrait. Ca lui remettrait déjà les idées en place. Demain, il n'aura pas les cheveux qui poussent à l'envers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uemontreal.forumgratuit.be/t943-bonjour-l-ue-et-merci-de-
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Sam 23 Avr - 14:16

"Baaka! Je le fais moi même depuis l'adolescence. C'est joli non? Et merci du compliment."

C'est vrai que ça lui allait super bien. A vrai dire, les personnes avec  les cheveux colorés, si on apprend à les connaître avec leur  crinière de licorne, on a souvent du mal à les imaginer avec une couleur plus classique. Alors me dire que Toni pouvait avoir les cheveux autre que multicolores, je sais pas mais ça marchait pas dans mon esprit. J'avais beau retourner le problème dans tous les sens, je n'arrivais pas à concevoir  qu'elle puisse un jour avoir eu les cheveux blonds, roux ou noirs. Les cheveux noirs ça seraient terribles sur elle. Ça plongeait direct les autres vers l'idée que vous êtes un peu triste dans votre vie. Du coup, ça ne lui irait pas du tout, puisqu'elle ressemblait un peu plus à un rayon de soleil qu'à autre chose.
Mais bon, reconnaissons les choses telles qu'elles sont; un arc en ciel dans les cheveux c'était joli sur elle, mais déjà fallait assumer et avoir un pouvoir de je-m'en-fout-du-regard-des-autres assez élevée, et en plus ce n'était pas le genre de coloration qui allait à tout monde. Même à personne plutôt, mais elle, ça devait être l'exception qui confirmait la règle. Bah oui, elle était magnifique la petite, mine de rien.

Je risquai la crise cardiaque quand elle tapa dans ses mains. Je n'avais même pas remarqué que le bruit venait d'elle. Je sursautai même légèrement et regardai au dessus de moi en rentrant la tête dans mes épaules. J'avais cru que le bruit venait d'un orage dehors et même à vingt-et-un ans, rien de me faisait plus peur qu'un énorme orage. Ça fait du bruit, ça pleut, ça flashe et ça fait peur. Même à l'intérieur cette fourberie de charge électrique pouvait faire exploser les bâtiments, déclencher des incendies et brûler des gens vivants. Ça fait un petit barbec', quand on est cannibale.

"Hiro! Dis moi, t'es gay ou bi. Attention, question très importante."


Je levai une main dans sa direction pour lui montrer que  j'étais à elle dans un instant. J'étais incapable de me concentrer sur quoi que ce soit quand y'avait de l'orage, sauf sur ma survie, parce qu'un orage, c'est potentiellement mortel. J'avais donc autre chose à faire que  de  lui déballer toute ma vie. Je regardai une dernière fois au dessus de ma tête pour être sur que je n'allais pas être foudroyé sur place puis me retournai vers elle.

"Désolé, j'ai peur de l'orage. Enfin... on s'en fout. J'm'en fous en fait, une fille ou un gars, y'a pas de différence fondamentale. C'est juste plus pratique d'être un mec parce qu'on tombe pas enceinte. Ça c'est vachement cool. Mais dans le fond, à par deux trois détails physios, y'a pas grand chose qui différencie une femme d'un homme. Je comprends même pas pour certaines personnes font tout un scandale pour ça. Genre les ricains ils pensent que c'est une maladie. Bah moi j'pense que les ricains c'est des connards. J'aime qui je veux, pas moyen que je pense autrement. Alors si t'avais été ma mère, je t'aurais répondu que  je suis purement hétéro, mais ça se voit que c'est pas vrai nan? J'aime tout le monde, si c'est une fille tant mieux on pourra perpétuer l'espèce humaine. Si c'est un mec, tant pis pour mes parents, ça leur fera les pieds. Pourquoi c'est si important?"

Ouais, bah j'étais un peu une girouette sexuellement parlant, n'en déplaise au monde entier. L'homophobie était quelque chose qui me dégoutait chez les gens au plus haut point, alors fallait pas me lancer sur le sujet sinon on pouvait y passer des heures. C'était l'un des débats qui me mettait le plus en rogne, et avec ma mère petite bourgeoise parisienne et mon père japonais jusqu'au fond de son âme, ça avait explosé plus d'une fois à la maison. Brefouille, les homosexuels n'avaient pas l'air de lui poser de grands problèmes, alors on n'allait pas enfoncer des portes ouvertes, mais plutôt laisser la conversation dériver sur autre chose.

"Mange, ça te fera du bien, et y a pire que toi niveau "mec ou meuf bourré(e) " t'arrive à marcher plus ou moins droit. A part le fait que tu as confondu les dortoirs, c'est dans ma chambre que tu as atterrit. Quand, je suis avec Ez et Mase, je ne te raconte pas dans l'état où je suis. En général, c'est Mase qui me finit et je m'endors sur le sol ou ailleurs. Tu m'as pas encore vu vider mes tripes sur tes pieds aussi. Pauvre Ez, il en a vu de toute les couleurs avec moi. Même ses tee-shirt qui ont finis à la poubelle même son préféré, il m'a fait la gueule pendant deux jours. Donc, ça va, ton état est stationnaire."

J'avais pas besoin qu'on me le dise deux fois pour que je me mette à bouffer. La nourriture et moi, on était comme mariés, c'était un amour de longue date dont la flamme restait toujours aussi vive. Comme avec l'alcool, mais bon, on y repassera là dessus. Je manger lentement en essayant de me concentrer sur ce qu'elle disait. Elle disait beaucoup trop de mots à la fois pour que je comprenne tout! Mais bon, je pensais avoir saisi l'essentiel: c'était une énorme pochtronne qui se mettait souvent la mine avec Ez, et mon état était "stationnaire".
Alors je savais pas ce qu'elle entendait par stationnaire, mais pour moi, quelqu'un dans un état stationnaire c'était un pauvre homme à l’hôpital à l'agonie dans le coma qui n'était pas encore trop entrain de crever. Ah bah si, imagé comme ça, j'étais bien dans un état stationnaire.
Je la remerciai d'un sourire pour le verre d'eau et rigolai légèrement.

"Honnêtement, je sais même pas si j'ai déjà ruiné un tee-shirt à Ez. C'est fort possible, mais je m'en souviens plus si c'est le cas."


Bah oui, y'avait toujours une partie de mes souvenirs de soirées qui passaient à la trappe, mais certains plus que d'autres. Apparemment elle aussi. C'était cool, on allait bien s'entendre, elle et moi.  Je repris une bouchée de nourriture et repris.

"Mais du coup tu fais quoi à la fac? Ça fait longtemps que t'es là? Enfin, si ça faisait un moment, on se serait croisés avant je pense..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toni Stefan
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 06/03/2016
Age : 24
Année/études : 3éme année

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Lun 25 Avr - 22:12

Une discussion approfondis

Allons bon! Le sursaut d'Hiro m'a complètement fait bloquer. En fait, je me demandais qu'est ce qu'il lui arrivait parce que j'étais loin, mais loin de me douter qu'il avait peur des orages et de tout ce qui va avec. Donc évidemment à ma question, il me fit signe d'une main afin de me faire comprendre qu'il allait me répondre. Dans le coin de ma tête je pris un post-it rose et j'écrivais en gras : Qu'est qui lui a fait peur?

Puis enfin le voilà qui me sort un roman digne de moi. on pourrait faire un concours de celui qui déballe plus vite que la musique, je me demanderai bien qui gagnerai.

"Désolé, j'ai peur de l'orage. Enfin... on s'en fout. J'm'en fous en fait, une fille ou un gars, y'a pas de différence fondamentale. C'est juste plus pratique d'être un mec parce qu'on tombe pas enceinte. Ça c'est vachement cool. Mais dans le fond, à par deux trois détails physios, y'a pas grand chose qui différencie une femme d'un homme. Je comprends même pas pour certaines personnes font tout un scandale pour ça. Genre les ricains ils pensent que c'est une maladie. Bah moi j'pense que les ricains c'est des connards. J'aime qui je veux, pas moyen que je pense autrement. Alors si t'avais été ma mère, je t'aurais répondu que  je suis purement hétéro, mais ça se voit que c'est pas vrai nan? J'aime tout le monde, si c'est une fille tant mieux on pourra perpétuer l'espèce humaine. Si c'est un mec, tant pis pour mes parents, ça leur fera les pieds. Pourquoi c'est si important?"

1 - Je décolle le post-it. Je le regarde surprise et là, je comprends mon claquement des mains sur la table, il est miro? Il n'a pas vu que c'était moi l'orage? Je vais finir par me qualifier d'ouragan, tempête, cyclone etc etc. Houlà, ça devient grave Toni. Arrête le coca, vraiment pas bon pour tes neurones.


2- A la remarque sur le côté bi, pas d'enfant etc... Là, il marque un point. Entre femmes c'est pareil : pas de bébé. Mais bon, y a aussi les moyens contraceptifs : pilule, capote, spermicide. D'ailleurs, ce truc là est une véritable arme. Génocide des spermatozoïde. Là c'est clair, la course finit dans le ravin, lâcher par un super gel! Evidemment se rentrer ce genre de truc, sérieux moi, jamais fait. Je préfère les bonnes vieilles méthode. Pilule et capote pour le mec. Trop jeune pour avoir des enfants, je veux profiter de ma jeunesse et m'amuser.

3- J'écoutais soigneusement tout ce qu'il me disait et il n'avait pas tord. En connaissance de cause, je sais très bien, ce qu'il veut dire surtout niveau parental. Le jour où j'avais été convoqué par le directeur avec évidemment mon père, je me souviens très bien ce que je me suis pris en beuglante.
*Antonia Kloé Stefan! Es tu normal? C'est quoi cette affaire de prise sur le vif avec Kristin dans la remise du gymnase? Je ne veux plus que tu la revois!*
*Parle à mon cul, ma tête est malade, le vieux. Tu fais chier, vivement que j'ai 18ans!*

Fin de l'histoire, pendant, un mois, mon père calculait tout mes faits et geste. Un véritable agent de la gestapo et je n'avais que quinze ans à l'époque.

Et je lui répondis tout le naturellement possible.

- En fait, je suis bi moi aussi. Même si je préfère quand même mater un beau mec. Le seul truc qui manque au femme, c'est un pénis. Parce que voilà, un gode, c'est bien, tu prends ton pied mais un pénis, c'est de la chair fraîche, tu ressent autre chose qu'un joujou.

Je réfléchis un instant, puis repartis.

- Ce qui est bien avec les femmes, c'est la sensualité des caresses et des baisers, il y a une autre forme de l'acte sexuel qui ne rivalise pas du tout à celle des hommes qui peuvent se montrer parfois trop bourrin. Limite, c'est j'ai envie, on baise, je me soulage, je fume ma clope et je dors, où est le romantisme dans tout ça? Nada, que dalle, pauvre de nous.

J'espérais que cela pouvait répondre à son unique question et il finit de  manger. Bon, il était aussi affamé que moi, c'était déjà ça sauf qu'il prenait son temps. Euh, c'était pas mon cas, il ne me restait plus rien. Il me remercia pour le verre.

"Honnêtement, je sais même pas si j'ai déjà ruiné un tee-shirt à Ez. C'est fort possible, mais je m'en souviens plus si c'est le cas. Mais du coup tu fais quoi à la fac? Ça fait longtemps que t'es là? Enfin, si ça faisait un moment, on se serait croisés avant je pense..."

Je pouffais de rire, si c'était le cas, il aurait du se souvenir de la gueule du Grizzly. Quand, il n'est pas content, il n'est pas content. Donc, ça va, son honneur et surtout sa survie sont sauf.

Je suis en troisième année de socio et littérature, c'est classe hein? A côté, je bosse dans deux jobs. Faut bien arrondir les fins de mois et payer sa scolarité, je viens juste d'arriver. Il est chouette mon premier jour? Et toi, c'est quoi ton cursus?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uemontreal.forumgratuit.be/t943-bonjour-l-ue-et-merci-de-
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Mer 27 Avr - 21:37

"En fait, je suis bi moi aussi. Même si je préfère quand même mater un beau mec. Le seul truc qui manque au femme, c'est un pénis. Parce que voilà, un gode, c'est bien, tu prends ton pied mais un pénis, c'est de la chair fraîche, tu ressent autre chose qu'un joujou." Sur ce point, avais-je un autre choix que celui de lui faire confiance? Pas vraiment, parce que même un mec gay comme un phoque n'a  pas besoin de jouets. Sauf si son mec est eunuque ou impuissant, mais dans ce cas, la question de savoir qui domine n'appelle qu'une réponse. Je n'étais pas encore eunuque, donc je n'étais pas trop branché godemichet. Alors je lui faisais confiance. Mais bon, si elle aimait les femmes avec un pénis, ça existait, on allait pas se mentir. Regardez le Visual kei ou la K-pop, même les asiatiques sont parfois incapables de te dire si ce sont des hommes ou des femmes. Je haussai les épaules en continuant de manger.
"Ce qui est bien avec les femmes, c'est la sensualité des caresses et des baisers, il y a une autre forme de l'acte sexuel qui ne rivalise pas du tout à celle des hommes qui peuvent se montrer parfois trop bourrin. Limite, c'est j'ai envie, on baise, je me soulage, je fume ma clope et je dors, où est le romantisme dans tout ça? Nada, que dalle, pauvre de nous." Olaaa. Elle allait arrêter son délire tout  de  suite. Un homme qui saute sa copine juste comme ça à la sauvette sur le canapé on appelle ça un connard, un enfoiré, un salop. Et la fille qui accepte ça on appelle ça une pute. Alors oui, un mec en manque de cul sera peut-être moins délicat avec sa demoiselle mais ça dépendait de plusieurs paramètres ça. Fallait prendre en compte le caractère du mec, son état de sobriété et depuis combien de temps sa copine faisait grêve de sexe. Bah oui, c'était pas cool ça non plus, et après ça s'étonnait de prendre cher derrière... Puis entre nous, salop et connard étaient des mots qui marchaient très bien au féminin aussi. Demander à un mec bourré et raide défoncé de coucher avec, c'était de la triche. Aucun homme ne disait non face à une jolie paire de cuisse. Les hommes peuvent être des connards, mais les femmes peuvent être de belles salopes aussi.
"C'est pas faux, mais tous les hommes sont pas des gros connards tu sais. Mais après les filles sont super chiantes là-dessus. Votre notion du romantisme elle change tous les deux jours, en fonction de votre taux d'hormones et de ce que vous avez mangé à midi. Et sérieux, à quelle heure c'est romantique de regarder Titanic? Ce film est chiant comme une vieille chaussette solitaire." Ce film m'avait traumatisé à vie tellement il était pathétique. Une ex m'avait dit quand on était ensemble qu'il fallait ab-so-lu-ment! qu'on le regarde tous les deux parce mon dieu quel film tellement romantique. J'avais manqué de m'endormir devant. Même Star Wars c'était plus romantique à mes yeux. Titanic était vraiment un film nullissime. "Si tu veux la douceur d'une femme mais avec un pénis, fais-toi une thaïlandaise, tu seras servie." J'aimais bien les travelos, c'était des gens sympas qui assumaient pleinement leurs convictions. Un peu fous sur les bords pour la plupart, mais débattre avec eux était quelque chose de marrant et d'intéressant.
Je finis de manger tranquillement en écoutant ce qu'elle racontait: "Je suis en troisième année de socio et littérature, c'est classe hein? A côté, je bosse dans deux jobs. Faut bien arrondir les fins de mois et payer sa scolarité, je viens juste d'arriver. Il est chouette mon premier jour? Et toi, c'est quoi ton cursus?" Mon dieu. Je respectai cette fille d'office. Déjà gérer deux boulots en plus des études fallait du courage, mais en plus elle était en littérature? Paix éternelle sur son âme. J'avais toujours détesté ce truc. Sérieux, faudrait m'expliquer un jour pourquoi ça existait. Ça me repoussait au plus haut point. J'avais essayé un jour, de lire un livre de Stendhal, un autre de lire Marguerite Duras, ou quelques autres auteurs cultes de la littérature, bah j'avais jamais réussi à dépasser la dixième page d'un seul livre littéraire. Donnez moi un bon manga j'en serais aussi heureux, voir plus.
"Faut croire que cette fac attire les arrivées étranges. Enfin j'imagine que tu t'attendais pas à  te faire sauter dessus par le coloc' de ton meilleur ami dès ton arrivée." Je repensai à la mienne, d'arrivée. Coincé dans un ascenseur avec un type étrange et un peu clostro. J'étais pas préparé pour ça moi. Il était parti de la fac maintenant je crois. "Je suis en médecine -un peu contradictoire je sais- , mais je t'avoue, encore la socio ça passe, mais la littérature, rien que pour ça tu es un mystère pour moi. C'est affreux, c'est horrible, c'est chiant, c'est moche, c'est un somnifère! Je déteste ça. Même s'il en faut  pour tous les gouts, tu es une personne bien étrange Antonia Kloé Stefan." Je m'étonnais moi-même d'avoir  retenu son nom complet. "Tu bosses dans quoi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toni Stefan
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 06/03/2016
Age : 24
Année/études : 3éme année

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Jeu 28 Avr - 18:19

Appelle moi Toni

Hiro m'écoutait, bon parfois, je voyais des expressions changeante sur son visage mais c'est surtout ces yeux qui parlaient énormément. C'est vrai, je parle énormément, à tel point que je peux souler mon monde. Et là, je dis, prenez la fuite, j'ai l'habitude. Si on ne m'arrête pas, je ne vois jamais la ligne rouge qui délimite tout. C'est nul, je sais, mais j'ai pas du tout de repère là dessus. C'est pour ça que ça marchait si bien entre Ez et Mase. Enfin, je m'égare comme d'hab. Je pense trop...

"C'est pas faux, mais tous les hommes sont pas des gros connards tu sais. Mais après les filles sont super chiantes là-dessus. Votre notion du romantisme elle change tous les deux jours, en fonction de votre taux d'hormones et de ce que vous avez mangé à midi. Et sérieux, à quelle heure c'est romantique de regarder Titanic? Ce film est chiant comme une vieille chaussette solitaire."

Je m'appuyais sur le dossier de la chaise et l'écoutait attentivement. Il n'avait pas tord, y avait pas que des cons sur terre et oui, il y en avait des garces. C'est pour ça que je préfère bosser avec des hommes. NON MERCI, LES FEMMES ENTRE ELLES s'est limite des Hyènes! Ca fait peur! Je prends la tangente!

Je fronçai les sourcils niveaux romantisme. Bah quoi? Je suis fleure bleue, je crois en l'amour avec un grand A. Bon, ok, le coup de foudre, j'y croyais pas du tout. Je sais que l'homme parfait n'existe pas, il faudrait plusieurs réunis en un pour combler mon noble fantasm. Achète toi un robot avec intelligence artificielle ma fille et ça ira. Mais non, je serai totalement lassée au bout d'un mois.

Bref "Titanic" Jamais vu! On m'en a trop parlé! Je déteste les Walt Disney parce que voilà, à l'origine la petite sirène meurt normalement et moi je pleure, donnez moi des kleenex. Donc voilà, comment gâché un comte traditionnelle. Et puis voilà quoi? C'est quoi cette histoire de faire mourir la maman de Bambi par un chasseur. Le choc à mon enfance. C'était décidé, Walt Disney est un psychopathe. Faut qu'il se fasse psychanalyser lui, ses descendants et collègues par ce que oui, Walt Disney est mort!

- Désolée de contre dire Hiro, mais mon taux d'hormones est normal, j'ai jamais fait chier n'importe qui pour aller voir un film romantique, je préfère légèrement un film comique ou un film d'action ou un film post-apocalyptique, c'est bien mieux et tu peux manger tes pop-corns tranquillement. Un homme ou une femme doit me surprendre. Rien n'est acquis dans la vie, je l'ai appris à mes dépends. A côté, je suis très câline et très tactile et ça, crois moi, ça fait fuir n'importe qui.

Ma plus grosse phobie, c'était la peur du rejet. Ca faisait mal à chaque fois, alors je compensais un peu plus dans ma follatitude. Je m'évadais comme je le pouvais afin de fuir cette triste réalité. Photos, conventions, Fiesta avec Chris et ses amis, découverte du Québec quand je le pouvais. Bref, le programme était aussi tendu qu'un string.

Je pris mon verre d'eau et pris une grande gorgée quand Hiro me dit ceci

"Si tu veux la douceur d'une femme mais avec un pénis, fais-toi une thaïlandaise, tu seras servie."

Même pas le temps d'avaler, tout sortis directement en fines gouttelettes sur lui, son tee-shirt, son plat et aussi sur la vitrine du resto. Bref, pas pu me contrôlais. Je posa mon verre et me levai afin d'éponger ma super connerie tout en m'excusant. Après avoir fait ce qu'il fallait, je me rassis, l'air totalement gênée et continuait de l'écouter, évitant de boire cette fois ci.

"Faut croire que cette fac attire les arrivées étranges. Enfin j'imagine que tu t'attendais pas à  te faire sauter dessus par le coloc' de ton meilleur ami dès ton arrivée. Je suis en médecine -un peu contradictoire je sais- , mais je t'avoue, encore la socio ça passe, mais la littérature, rien que pour ça tu es un mystère pour moi. C'est affreux, c'est horrible, c'est chiant, c'est moche, c'est un somnifère! Je déteste ça. Même s'il en faut  pour tous les gouts, tu es une personne bien étrange Antonia Kloé Stefan."

- Ah non pas du tout! Une véritable surprise. J'attendais plus ma coloc et savoir qui elle est ou voir ma présidente de maison. Mais c'est mort, je suis contente que tu te sois trompé de dortoir. Ez sera peut être rassuré d'apprendre que j'ai fait ta connaissance. C'est pas un mauvais bougre mon Grizzly.

J'étais donc un mystère pour lui? Bon la littérature, c'était un deuxième choix. Mais j'aime lire de tout et écrire. Journal intime y compris que je vais refaire à neuf parce que voilà, j'ai envie de laisser une trace et ensuite l'enterré dans un coffre bien hermétique. Je fronça les sourcils juste au moment où il prononça mon identité en entier. J'aimais pas, mais pas du tout. Un c'était trop formel et deux, ça me faisait penser à mon père qui m'appelait ainsi quand je débordais le vase de mes innombrables conneries. Donc oui, ah ce moment, j'étais plutôt sombre qu'autre chose.

- Toni, appelle moi Toni, Hiro.

Puis la lumière revint quand il me demanda, ce que je faisais. Volte face...

"Tu bosses dans quoi?"

- J'ai été fille au pair pendant un temps et là, je continue de donner des cours d'allemands trois fois par semaines aux enfants de ma famille d'accueil. C'est plus de l'écriture qu'autre chose maintenant. Mme Bell est allemande, mais elle n'a pas toujours le temps. Donc, je la remplace. A côté, je travaille tous les soirs dans un studios photos où je suis assistante photographe. C'est assez plaisant en général. Sauf quand certains modèles foutent le bordel dans les loges. C'est bibi qui doit tout ranger.

Voilà, j'avais presque tout dit. J'allais pas me dévoiler entièrement. Bah oui, parce que je n'ai pas encore dit ma passion pour la photo, ou le fait que je suis une geek. En parlant de hobbies...

- Et toi? t'as des passions? Et je note un léger accent français, je me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uemontreal.forumgratuit.be/t943-bonjour-l-ue-et-merci-de-
Hiro A. Kimura
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 223
Date d'inscription : 07/01/2016
Age : 23
Année/études : 3° année de médecine

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Sam 30 Avr - 16:45

Oulaaa. Vu comment elle me regardai, elle n'avait pas l'air trop d'accord avec ce que je pensais du romantisme. Mais euh... c'était une fille qui m'avait transmis cette idée. Mais bon, elle me faisait peur à froncer les sourcils comme ça d'un air pas content, alors j'allais pas la contredire. Enfoncée dans sa chaise comme ça, elle me faisait penser à ma mère quand elle devait me gueuler dessus un coup. Pas bon ça, pas bon du tout même. "Désolée de contre dire Hiro, mais mon taux d'hormones est normal, j'ai jamais fait chier n'importe qui pour aller voir un film romantique, je préfère légèrement un film comique ou un film d'action ou un film post-apocalyptique, c'est bien mieux et tu peux manger tes pop-corns tranquillement. Un homme ou une femme doit me surprendre. Rien n'est acquis dans la vie, je l'ai appris à mes dépends. A côté, je suis très câline et très tactile et ça, crois moi, ça fait fuir n'importe qui." Le taux d'hormones d'une femme n'étant pas le même de l'une à l'autre, même s'il restait dans une fourchette relativement précise, il était souvent normal, même si différents entre deux femmes. Enfin, on allait pas partir en débat sur la régulation hormonale des femmes, on pouvait très bien laisser ce sujet dans mes cours, pour plus tard.
Toni était une fille bien, très bien même, parce que les demoiselles qui n'aiment pas les films romantiques, ce sont des perles rares, limites des pokémons légendaires. Au moins, pas besoin de débattre pour pouvoir regarder le Seigneur des Anneaux en paix quand Mademoiselle veut voir Nos étoiles contraires. Quel film pourri celui-là aussi. Et puis elle aimait les pop-corns, pas comme toutes les filles qui soit disant ne mangent pas de pop-corn parce que ça fait grossir. Dans ce genre de cas, on avait juste envie de leur dire de prendre cinq kilos qu'on les  aimerait quand même. C'est bon, les hommes n'aiment pas que les anorexiques non plus. Et puis le côté câlin c'était quelque chose de vachement cool aussi, mais bon, ça c'était strictement personnel. Ça en saoulait plus d'un, alors je comprenais que ça puisse faire fuir.
Je ne compris pas trop le pourquoi du comment Toni recracha toute son eau. Choquée la petite? Par quoi? Ma remarque sur les thaïlandaises? Roh lala la pauvre petite! Fallait savoir reconnaître l'évidence! Les thaïs étaient tous plus ou moins féminins. Même les hommes qui acceptaient d'exister en tant qu'homme sans chercher à changer de sexe assumaient tous leur  féminité. Toujours un petit trait de liner au coin de l'oeil, ou les ongles vernis... toujours un petit détail qui était dans les sociétés occidentales plutôt réservé aux femmes. Pauvre bichotte.
J'aurais pu m'énerver  après elle de m'avoir agressé à la manière d'un lama, mais bon,je n'étais pas du genre à m'offusquer pour ça. J'éclatai plutôt de rire devant son air gêné et ses excuses. Pas besoin de s'excuser pour ça, ça arrive à tout le monde, et puis mieux valait qu'elle recrache ce qu'elle avait dans la bouche plutôt qu'elle s'étouffe avec. Je lui fis signe que ce n'étais rien, en essayant de le lui dire en même temps, mais je n'arrivais pas à parler, bien trop concentré à tenter de calmer mon rire qui devait la mettre encore plus mal à l'aise. J'y parvins tant  bien que mal, et réussis à rester calme, un simple rire nerveux venant parfois secouer mes épaules. La pauvre, je me serais enterré à sa place.
"Ah non pas du tout! Une véritable surprise. J'attendais plus ma coloc et savoir qui elle est ou voir ma présidente de maison. Mais c'est mort, je suis contente que tu te sois trompé de dortoir. Ez sera peut être rassuré d'apprendre que j'ai fait ta connaissance. C'est pas un mauvais bougre mon Grizzly." Je me remis à rigoler doucement. Certes, Ezra n'était pas un mauvais bougre, mais le surnom Grizzly lui allait très bien. Il était tout poilu comme un ursidé après tout. Quelque part, il aurait beaucoup moins de charme sans sa barbe. Ah non beurk, Ez sans barbe il ressemblerait à un nouveau né aussi chauve qu'un caillou. C'était un bonhomme grand, viril et avec une tête de macho, mais pas un pauvre petit être fragile.
"Je vois pas comment on peut être ravi de faire ma connaissance." Je haussai les sourcils, soucieux de sa réponse. "Sérieux, je suis bourré, chiant, con et bavard." énumérai-je en comptant sur mes doigts. Honnêtement, je pensais que si un jour on venait à me présenter un deuxième moi, je l'assomme et l'emballe dans une algue, retour direct vers le Japon. J'étais trop bien tout seul, et le monde en avait assez d'un seul moi. Deux moi ça feraient un taux de stupidité trop concentré au même endroit, ça détruirait le monde. Après, si elle était contente de me connaître, c'était réciproque! J'aimais bien cette fille. "Je suis content d'être assez con pour avoir réussi à me tromper de dortoir!"
"Toni, appelle moi Toni, Hiro." Oui, c'était compréhensible, moi aussi ça me faisait chier quand on m'appelait par mon nom complet. Trop de lettres, ça commençait à devenir dur à prononcer sans fourcher quelque part. Vendu pour Toni alors, ça lui allait bien après tout. Même si c'était essentiellement un surnom de bonhomme, elle n'avait pas du tout l'attitude d'une petite princesse fragile, alors pourquoi pas. Je hochai la tête pour lui montrer que j'avais intuité.
"J'ai été fille au pair pendant un temps et là, je continue de donner des cours d'allemands trois fois par semaines aux enfants de ma famille d'accueil. C'est plus de l'écriture qu'autre chose maintenant. Mme Bell est allemande, mais elle n'a pas toujours le temps. Donc, je la remplace. A côté, je travaille tous les soirs dans un studios photos où je suis assistante photographe. C'est assez plaisant en général. Sauf quand certains modèles foutent le bordel dans les loges. C'est bibi qui doit tout ranger." Au pair, quelle erreur de la nature ce boulot. S'occuper des enfants 24 heures sur 24 pendant ne serait-ce qu'une semaine sans en brûler un  relevait du miracle. Je détestais ces petites saloperies, qui couraient partout. Un enfant c'est sale, mal poli, irrespectueux, con et bordel que c'est bruyant. Par contre photographe, là on pouvait s'entendre. J'en ferais pas un exposé, mais la photo c'était mon poulain un petit peu. J'avais grandi avec et commencé par apprendre tout seul. Une grande histoire d'amour entre mon appareil photo et moi. "Et toi? t'as des passions? Et je note un léger accent français, je me trompe?" Elle ne se trompait pas pour l'accent français, mais entre nous, c'était pas trop une passion, pas comme si j'avais vécu toute ma vie au Japon et qu'apprendre le français était le but de toute une vie.
"Parce que si mon père est japonais, ma mère est la plus française de toutes les françaises. Genre la petite bourgeoise de base. Alors bon, la plus grande passion de ma vie c'est de l'emmerder. Elle pète un câble pour rien, c'est plutôt facile." Je rigolai un instant en pensant à ma mère lançant des livres à travers le salon - ça me manquait tiens, de me faire lancer des livres dans ma gueule- et continuai plus sérieusement. "Sinon j'adore la photo, je voulais faire des études dedans au départ, mais ça a grogné chez les vieux, alors j'ai pas pu m'arrêter là. Après les amours de ma vie resteront à jamais les animaux. Qu'est-ce que c'est mignon! Surtout les loutres, c'est rond, c'est petit c'est gros, c'est poilu, j'adore ces petites bestioles!" Oui bon, j'avais parlé comme un abruti, mais fallait pas me lancer sur le sujet des petits animaux. Changement stratégique de sujet pour faire croire que je n'étais pas tant que ça un abruti. "Pourquoi t'as commencé à bosser avec des enfants? C'est affreux ces saloperies!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Toni Stefan
"Quiétude et Simplicité"

avatar

Messages : 577
Date d'inscription : 06/03/2016
Age : 24
Année/études : 3éme année

MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   Mer 4 Mai - 20:13

Autant en emporte Hiro

Hiro était incroyable, lentement, il dessoulait. Et oui, rire à mes dépends, ça m'arrive très souvent et lui se payer une grosse tranche de rire. Ca devenait même communicatif, j'essayait de me contrôler mais c'était dure parce que je roule ç terre dans mon cas. un peu comme dans ma chambre tout à l'heure. Ses soubresauts aussi étaient comiques. Stigmate d'un rire nerveux incontrôlable. Non mais sérieux ti gars, faut péter un bon coup, vas y te gène pas et rigole à fond. S'en fout des clients... Bon j'étais quand même un peu rassuré sur le fait que ça ne l'avait pas du tout contrarié. Je suis une catastrophe nationale, c'est pas de ma faute, je suis comme ça. Puis il réagit à Ez et son doux surnom de Grizzly. Bah quoi c'est vrai? C'est un bon gros nounours et j'adore lui faire des câlins car je me suis toujours sentie en sécurité avec lui et ça dès le premier jour de notre rencontre. D'ailleurs en parlant de rencontre, Roswell interagit.

"Je vois pas comment on peut être ravi de faire ma connaissance."

Eh là, c'était repartis. Sa phrase me fit rire. Il semblait soucieux à mon interprétation. Mais je suis ouverte d'esprit, je n'ai jamais rencontré quelqu'un comme lui. Puis il continua en énumérant sur ses doigts.

"Sérieux, je suis bourré, chiant, con et bavard."

Il ne m'a jamais vu bourrée. Je crois que la crise cardiaque serai pour lui et je ne pourrai rien faire car je serai dans les bras de Dyonisos et taper la bavette avec ses nymphes.
Chiant, con, non, je ne le pense pas. Du moins, c'est pas l'impression que j'ai. Bavard : OUIIIIIIIIIIII. Un vrai moulin à parole. Jamais vu ça, pire qu'une fille.

"Je suis content d'être assez con pour avoir réussi à me tromper de dortoir!"

Eh là, je repartais en fou rire car évidemment, c'était magique, hors du temps, totalement et complètement fou. Bon de là à s'auto-insulter de con, je n'étais pas d'accord non plus mais je n'arrivais tout simplement pas à lui en vouloir. Puis il fut d'accord pour vis à vis de mon pseudo que je m'étais auto-donnée quand j'étais plus jeune. Je lui fis donc un clin d'œil, j'étais satisfaite.

A première vue, Hiro n'aimait pas du tout les enfants, après fallait savoir s'y prendre. Je n'ai jamais trop de problème. J'étais une adulescente ou adulte retardée et je m'émerveillais pour un rien. Donc oui, j'avais gardé mon âme d'enfant tout en étant tirailler par l'âge qui pointait vers la vieillesse. Après niveau photo, je vis une réaction que j'aimais, il n'en parla pas mais je notais dans mon coin de la tête, post-it collé sur mon front de Note Pour Plus tard (NPPT), sujet à revoir. Puis il rebondit sur son origine.

"Parce que si mon père est japonais, ma mère est la plus française de toutes les françaises. Genre la petite bourgeoise de base. Alors bon, la plus grande passion de ma vie c'est de l'emmerder. Elle pète un câble pour rien, c'est plutôt facile."

J'éclatais de rire à ce moment. Pas croyable. Ce type est dingue. Lui même se mit à rire. Il devait surement se remémorer des souvenirs d'antant.

"Sinon j'adore la photo, je voulais faire des études dedans au départ, mais ça a grogné chez les vieux, alors j'ai pas pu m'arrêter là. Après les amours de ma vie resteront à jamais les animaux. Qu'est-ce que c'est mignon! Surtout les loutres, c'est rond, c'est petit c'est gros, c'est poilu, j'adore ces petites bestioles!"

Ah lala les parents... Ils nous mettent au monde pour que leur rêves se réalisent avant tout. Mais mais c'est vraiment du grand n'importe quoi. Mon père me disait toujours : Antonia Kloé Stefan, tu finiras à l'armée si tu continues à ne pas être studieuse et tes conneries te mèneront en prison! Parle toujours, tu m'intéresses le vieux. Vivement que je suis majeur pour que je me casse d'ici! Ouai bon, enfin de compte je me suis barrée. Ils ne faisaient rien pour arranger la situation quand Ez et Mase sont partis. Ils n'ont même pas vu que je déprimais grave.

Après, je comprenais pourquoi, Hiro était vegan, quand on aime les animaux voilà quoi. Moi j'aime les baleines, je les trouve trop belles et puis leurs chants donc après hein, tout est proportionnelle à la personne. Depuis que j'ai vu des massacres de mammifères marin, désolée, je ne mange plus tout ce qui vient de la mer et des océans. Puis en plus, l'homme la pollue encore plus d'avantage que la terre. Mais ça, on en parle jamais.

Je ne sais pas pourquoi, mais Hiro changea de sujet. Peut être voulait il savoir pourquoi fille au pair.

"Pourquoi t'as commencé à bosser avec des enfants? C'est affreux ces saloperies!"

Je me mis à rire. Tous les enfants n'étaient pas si horrible. Me rappelle que les frères et sœurs plus jeunes que Mase étaient adorables. Je crois d'ailleurs que c'est ça qui m'a légèrement influencé. Puis j'avais besoin de parfaire mon anglais et mon français parce que j'étais nulle. Et Mase n'était plus là pour m'aider. Il fallait que je me débrouille toute seule comme une grande.

-En fait c'était le seul job qui me donnait un toit, 3 repas et le blanc plus un tout petit salaire. J'ai trouvé, l'annonce de Chris un peu plus tard afin justement d'économiser mon entrée ici et me payer mes cours par correspondances. Tu sais a 18 ans, t'es pas mature mature. Je ne le suis toujours pas. Je profite de chaque jours qui passe comme le dernier. Puis les enfants ne sont pas si terrible. Faut juste ne pas oublier qu'on en était un auparavant.

Je mis mon visage entre mes mains et l'observais attentivement.

- Pourquoi tu te dis chiant et con? Je ne le trouve pas pour ma part. Tu es la fraîcheur incarné même si tu es en train de dessoulé en ce moment. Tu es aussi limpide qu'une rivière. Alors pourquoi ici? et non une université d'où tu viens?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uemontreal.forumgratuit.be/t943-bonjour-l-ue-et-merci-de-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Peu importe le sens du huit, je suis bourré [ Pv Toni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il est fort, Il est beau, Il sent bon le sable chaud !
» Quand le monde te menace le seul endroit sûr c'est sous la couette [Teegan]
» Allô Houston? Viens me chercher j'suis bourrée! Feat Cece
» MAD'▲ Je ne suis pas Cendrillon, si je rentre avant minuit sans chaussures j'suis bourrée simplement ....
» (Terminé) Je me sens pousser des ailes quand je suis avec toi ... (Eddie & O.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université Enamor :: Archives :: Archives :: Vieux rps-